target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

21/06/2012

Connaissez-vous un certain Nicolas….

Connaissez-vous un certain Nicolas….

 sarko troc.jpg

Ben oui que vous le connaissez…Sarkozy qu’il se nomme.Il a été président de la république pendant cinq,candidat à l’élection présidentielle cette année…

Un de ses exploits pendant cette campagne fut de nous faire croire qu’il était un farouche partisan du referendum.Tellement partisan qu’il voulait en organisé sur tout et rien…

Il y en a un de ce referendum qui intéressait particulièrement les français en grande difficulté professionnelle,celui sur la formation quasi permanente qui devait permettre à tous les salariés de se former quand il était au chomâge,meilleure façon selon le candidat de l’UMP de se lever le matin et ainsi de ne pas tombé dans la débine et l’assistanat. »A 57 ans on n’est pas foutu » était le slogan pour soutenir cette grande idée…

Comme à l’accoutumée,la méfiance était de mise avec ce monsieur qui a beaucoup parle de tout et de rien,comme pour les referenda,et peu mis ces paroles en rapport avec ses actes…

Ainsi pour ce qui concerne celui qui nous vendait comme le grand soir de la formation professionnelle en critiquant notre système actuel car trop couteux et peu efficace.Un système tentaculaire dans lequel trop d’intervenants sclérosaient le système… Un système de financement absurde qui tournait au gaspillage,la gabegie…à en dégoûter de se former disait le candidat….et puis tous ces syndicats qui pourrissent tous,adversaires de tout progrès parce qu’ils sont de gauche,communistes vous vous rendez compte,pire ils aurait tous pris position en faveur de son adversaire.Pour sur que s’ils avaient appeler à voter pour lui,la version fut bien différente.

Revenons à ce referendum sur la formation des chomistes de notre pays…

sarko referen.jpg

«Avant la fin de l'année 2012, je conduirai cette réforme» pour proposer «une formation qualifiante» aux chômeurs, qui seront «payés pendant cette formation» et à l'issue de laquelle ils devront «accepter l'emploi qui correspond à la formation reçue" et qu'ils ne pourront "pas refuser», a déclaré le président-candidat, qui était invité à s'exprimer devant la Fédération française du bâtiment, à Paris.

«Si les partenaires sociaux considèrent que c'est trop risqué (...) alors je me tournerai vers le peuple français et je lui poserai deux questions par référendum», a-t-il précisé.

«Le peuple répondra»

«Première question: êtes-vous d'accord pour qu'il y ait un droit à la formation professionnelle, quel que soit l'âge? Deuxième question: êtes-vous d'accord pour qu'après qu'on vous ait formé, on soit obligé d'accepter l'offre d'emploi qui correspond à cette formation?», a-t-il exposé.

«Le peuple répondra. Je ne me laisserai pas enfermer par une discussion de corps intermédiaire qui ne voudrait pas avancer», a insisté Nicolas Sarkozy.

http://www.liberation.fr/politiques/2012/04/17/sarkozy-ve...

Référendum : ce qui changerait pour les chômeurs

Ce que Sarkozy a dit :

Dans son entretien au "Figaro magazine", Nicolas Sarkozy évoque "une forme de révolution" de "notre système d'indemnisation du chômage". Il précise sa pensée : "Passé un délai de quelques mois, toute personne au chômage sans perspective sérieuse de reprise d’emploi devra choisir une formation qualifiante. Celle ci sera définie par un comité national qui identifiera, avec des chefs d’entreprise et des syndicalistes, les secteurs d’avenir créateurs d’emplois. A l’issue de cette formation, qui sera obligatoire, le chômeur sera tenu d’accepter la première offre d’emploi correspondant au métier pour lequel il aura été nouvellement formé."

Le message est clair, le président veut lutter contre la fraude aux allocations chômage. Un thème récurrent de la droite. Le même magazine avait d'ailleurs déjà fait sa une sur la question

 

Ce que Sarkozy a dit :

« Dans son entretien au "Figaro magazine", Nicolas Sarkozy évoque "une forme de révolution" de "notre système d'indemnisation du chômage". Il précise sa pensée : "Passé un délai de quelques mois, toute personne au chômage sans perspective sérieuse de reprise d’emploi devra choisir une formation qualifiante. Celle ci sera définie par un comité national qui identifiera, avec des chefs d’entreprise et des syndicalistes, les secteurs d’avenir créateurs d’emplois. A l’issue de cette formation, qui sera obligatoire, le chômeur sera tenu d’accepter la première offre d’emploi correspondant au métier pour lequel il aura été nouvellement formé."

« En dénonçant l'assistanat, Nicolas Sarkozy flatte son électorat. "Elle [la mesure] concerne directement les Français. C’est peut-être l’une des réformes qu’il faudra soumettre à leur jugement direct." "Vous voulez dire par référendum?" interroge les journalistes. "Oui "acquiesce le président. »

Ce que dit la loi :

« La loi a évolué récemment sur le sujet puisque la modification du texte remonte à 2008. Les ajouts mettent en place le Projet personnalisé d'accès à l'emploi (PPAE), qui est créé par le demandeur d'emploi et l'agent de Pôle emploi pour encadrer la recherche. Surtout le nouvel article détermine les conditions de radiation de la liste des demandeurs d'emploi dont celle ci :

Est radiée (...) la personne qui sans motif légitime, refuse à deux reprises une offre raisonnable d'emploi.

L'expression offre raisonnable est détaillée par ailleurs: "La nature et les caractéristiques de l'emploi ou des emplois recherchés, la zone géographique privilégiée et le salaire attendu, tels que mentionnés dans le projet personnalisé d'accès à l'emploi, sont constitutifs de l'offre raisonnable d'emploi."

Concrètement, le chômeur doit accepter si l'offre doit être rémunérée à 95 % de l'ancien salaire pendant les six premiers mois de recherche. Ensuite le taux tombe à 85%.

Par ailleurs, au delà de six mois le temps de trajet en transport en commun, entre le domicile et le lieu de travail, doit être au maximum d'une heure, pour qu'une offre soit considérée comme raisonnable ( ou à une distance de 30 km).

Ce que le projet de Sarkozy changerait :

C'est tout ce dispositif qui serait remis en question. Nicolas Sarkozy insiste sur la formation professionnelle. Elle devient dans la bouche du président la condition sine qua non du versement des indemnités : "l’indemnisation ne sera pas une allocation que l’on touche passivement, mais la rémunération que le service public de l’emploi versera à chaque demandeur d’emploi en contrepartie de la formation qu’il devra suivre."

Le chômeur devra donc accepter une "formation qualifiante" qui ne sera pas forcément en rapport avec ses précédents emplois. Et ensuite le chômeur devra accepter la première offre d'emploi qui tombe. La question de la rémunération ou de la distance avec le lieu de travail disparaît. La notion d'offre raisonnable d'emploi serait donc aussi enterrée.

Enfin il se pose aussi la question de la formation professionnelle. Pour pouvoir former tous les demandeurs d'emploi il faudrait réformer en profondeur le dispositif. C'est ce qu'envisage Sarkozy : "Chaque année, 30 milliards d’euros sont consacrés à la formation professionnelle. Cet argent peut être et doit être mieux utilisé. J’ai confié une mission à ce sujet à Gérard Larcher. C’est à partir de son rapport que seront posées les bases de cette nouvelle réforme."

Quand le journaliste lui demande si la réforme va être lancée d'ici avril, Sarkozy écarte l'option : "Cette réforme est tellement systémique qu’il n’est pas pensable de la mettre en œuvre aussi rapidement." La proposition vient donc rejoindre la longue liste des projets du président qui façonne peu à peu son programme de candidat.

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-20...

Louables intentions…les actes correspondaient-il aux grandes déclarations du candidat qui parlait et parle plus vite que son ombre…quel était le sort qui était réservé aux acteurs de la formation dans notre pays en attendant le grand soir promis par le candidat de l’UMP….

La réponse est dans le dernier numéro de Marianne et elle est incontestable…

formation.JPG

Ce monsieur prétendait qu’il était le champion des paroles et des actes.Il se sera contenter de l’être sur les plateaux de  France 2 en compagnie bien sage de M.Pujadas.

Pour les paroles il était déjà trop connu,pour les actes,les français l’ont jugé définitivement.

Au regard de ces informations,incontestables encore une fois,ils ont eu raison. 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu