target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

02/06/2012

Hollande:En tout cas mieux que Sarkozy…

Hollande:En tout cas mieux que Sarkozy…

Syrie : dialogue musclé entre Hollande et Poutine

hollande,poutine,medvedev,sarkozy,juppé


Le président français a affiché son désaccord avec son homologue russe qu'il recevait à l'Élysée.

De l'électricité est passée vendredi soir à l'Élysée lors de la conférence de presse entre François Hollande et Vladimir Poutine. Tout avait pourtant plutôt bien commencé. À l'issue d'un entretien et d'un dîner, les deux dirigeants qui se voyaient pour la première fois ont indiqué leurs convergences de vue sur la coopération bilatérale mais aussi sur l'Iran, la Corée du Nord et la défense antimissile. Sur ce dernier projet, rejeté par Moscou, le chef du Kremlin a déclaré que la France était l'un «des rares pays à écouter mais aussi à entendre» la Russie. Un agenda pour la coopération a été mis en place. François Hollande a accepté une invitation à se rendre en Russie.

Mais, sur la Syrie, l'ambiance s'est nettement gâtée. «Le régime de Bachar el-Assad s'est conduit de manière inacceptable, intolérable», a déclaré le président français, allusion au massacre de Houla qui, il y a une semaine tout juste, a fait 108 morts dont 34 femmes et 49 enfants. «Il n 'y aura de sortie à cette situation qu'avec le départ de Bachar el-Assad», a poursuivi le président de la République. Pour obtenir ce résultat, la pression et les sanctions sont «nécessaires, indispensables». Poutine a pris le contre-pied. Lui, que François Hollande escomptait «convaincre», n'a pas bougé d'un iota. «Les sanctions doivent être débattues au Conseil de sécurité, elles ne sont toujours pas efficaces, affirme Poutine. Il faut éviter que la situation évolue vers la pire des situations, la guerre civile.» À l'entendre, «la Russie n'a pas d'intérêts commerciaux en Syrie, pas d'intérêts militaires, elle ne soutient ni Bachar ni son opposition. Elle veut juste la fin des violences et mettre toutes les parties autour de la table…» Et Poutine, très remonté, de poursuivre: «Regardez, l'Irak, la Libye, est-ce que c'est le bonheur, est-ce que ces pays sont en sécurité aujourd'hui? Nous savions tous que Kadhafi était un tyran. Mais pourquoi n'écrivez-vous pas ce qui s'est passé après sa chute, à Syrte notamment?»

La Russie serait-elle prête à accueillir Bachar dans le cadre d'une solution négociée? Poutine,narquois: «Assad a plus visité Paris que Moscou, regardons le problème aussi sous cet angle-là». Hollande, du tac au tac: «Sur les visites d'Assad père et fils, je n'ai aucune responsabilité, c'était une autre époque.» Certes, les présidents français et russe appuient tous deux la mission Annan et rejettent toute intervention militaire. Mais ces rapprochements n'ont guère transparu au fil de ces échanges rugueux.

L'Ukraine, où l'Euro de football débutera dans quelques jours, est encore venue pimenter le propos. «Je suis contre l'amalgame entre la politique et sport», a dit Poutine. Hollande: «Je ne suis pas pour un boycott sportif mais pour ce qui concerne ma présence et celle de mon gouvernement, je considère que ma place n'est pas en Ukraine.» Et le président russe d'envoyer une autre pique en soulignant la faiblesse des échanges commerciaux franco-russes contrairement à ceux que Moscou entretient avec l'Allemagne: «Vingt-huit milliards d'euros contre 72 milliards, vous pouvez voir la différence…»

À la question posée par une journaliste russe - «la première impression est souvent la bonne, qu'avez-vous pensé de François Hollande» - Vladimir Poutine a botté en touche. À la toute fin de la conférence, François Hollande a repris la question, avec une phrase lourde de sous-entendus: «Je confirme, la première impression est souvent la bonne.» Remontant les marches du perron, après avoir salué son invité, le président de la République ressemblait à un boxeur soulagé et un peu groggy. Pas de doute, réélu le 4 mars, «Battling» Poutine est de retour.

http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/02/01003-201...

DMOSCO

c est vraiment un homme normal il a rien a faire a se poste de président , ca vole très bas les répliques monsieur hollande , c est vraiment pas digne d un président
a force de vouloir faire différent on fait dans la bêtise , tout le monde est d accord pour dire que la Syrie est un vrai problème mai quand on reçoit un chef d’etat on explique ses points de divergence en gardant de la complicité ,c est pas un débat la diplomatie ni un match de boxe
après Merkel voila Poutine qui va être le prochain chef d etat qu on va se mettre a dos
Encore des marches commerciaux ou les entreprises françaises auront des difficultés au lieux d avoir des appuis  bravo notre chef d etat......
après faut pas se plaindre que les entreprises françaises ont des difficultés et qu’ elles n embauchent ,il y des manières de faire les choses ou de les dires, ou est passe le réalisme de notre chef d etat,aucun sens de la diplomatie ....c dramatique

Le 2/06/2012 à 04:54 Alerter Répondre

germain francis

Mr Hollande,venir de tulle aurait dû vous autoriser à faire dans la dentelle!

Le 2/06/2012 à 04:43 Alerter Répondre

rrrrr

Bisounours au pays des réalités! Quelle classe il refuse l’héritage diplomatique de la France qui consiste a faire des risettes a Damas depuis De Gaulle.

Le 2/06/2012 à 03:38

Vadim de Chevreuse

Sanglant. Je ne pensais pas que ce le serait à ce point. Une erreur saute aux yeux: un Président ne peut pas dire "les visites d'Assad ne sont pas de ma responsabilité,c'était une autre époque". Il représente le pays et non pas un parti politique au pouvoir.

Le 2/06/2012 à 00:15

» Syrie: Berlin et Moscou misent sur une solution politique

(...) Les propos de François Hollande, qui n'a pas exclu, mardi soir, une intervention armée à condition qu'elle soit approuvée par une résolution du Conseil de sécurité, ont plongé Berlin en état de choc. En mars 2011, Merkel s'était retrouvée isolée sur la scène internationale en se rangeant dans le camp des abstentionnistes aux côtés de la Russie et de la Chine. Les ambitions diplomatiques de l'Allemagne avaient essuyé un sérieux coup de frein, alors que la première puissance économique européenne avait montré son manque de maturité sur les questions de politique étrangère en se désolidarisant de ses alliés historiques.

Merkel veut rester dans le jeu

Berlin, qui pensait au moins en avoir fini avec l'activisme diplomatique de Nicolas Sarkozy, redoute un nouveau «cavalier seul» de la France et peine à cacher son exaspération après la sortie du président français. «Du point de vue du gouvernement allemand, il n'y a pas de raison de spéculer sur des options militaires au sujet de la situation en Syrie», a tranché Guido Westerwelle. Les principaux partis politiques allemands, y compris les alliés sociaux-démocrates de François Hollande, veulent à tout prix éviter le recours à la force en Syrie.

Pour rester dans le jeu, Angela Merkel devra se montrer persuasive auprès de ses partenaires privilégiés à Moscou et Pékin, en les poussant à lâcher Bachar el-Assad. Si La Russie et la Chine persistent à bloquer toute sanction contre les autorités syriennes au Conseil de sécurité, l'influence de l'Allemagne sera de nouveau mise à mal. La chancelière espère que la légère inflexion dans le discours de Vladimir Poutine, vendredi à Berlin, sera un pas dans la bonne direction.(...)"

http://www.lefigaro.fr/international/2012/06/01/01003-201...

 

Une fois il est mou,une autre il n’est pas assez complice avec son interlocuteur comme si la diplomatie c’était d’être complice…Complice de M.Poutine,elle est dure à entendre celle là…Il est vrai que les 4 ou 5 gus que l’UMP a envoyé pour commenter l’article « Syrie : dialogue musclé entre Hollande et Poutine » n’avait pas pris le temps de lire celui qui concerne l’entrevue entre M.Poutine et Mme Merkel qui en terme de tractations diplomatiques complices est un chef d’œuvre.M.Poutine a insisté lors de la conférence de presse sur la différence entre notre voisin et nos au plan des relations commerciales aves son pays.On comprend mieux le grand sens diplomatique de Mme Merkel au regard de ces chiffres.Si on doit considerer comme sous le dernier mandat présidentiel que pour tenter de vendre  4 ou 5 airbus et un navire de guerre ou 2ou 3 ou 4 ,il faut baisser la pantalon devant M.Poutine c‘est le Figaro qui devra prendre ses responsabilités éditoriales.

Rappelons malgré tout que ce n’est pas ce quotidien,ni ses éditorialistes et encore moins ses lecteurs embrumés et aveuglés par la haine qu’ils vouent au président de la république qui font notre politique étrangère…Heureusement.Rappelons leur que le président de la république française a encore le droit de ne pas être d’accord avec ses homologues,y compris M.Poutine.N’en déplaise aux beaux scribouillards du Figaro qui font les clowns sur la plateaux de télévisons.

Pour ce qui concerne la réactions de M.Hollande à propos de la remarques acides de M.Poutine à propos des voyages de Messieurs Assad père et fils dans notre pays,le président de la république a eu parfaitement raison de s’exprimer à ce sujet…devant des journalistes de la presse internationale qui ne sont censés se souvenir que M.Assad a eu les honneurs de la tribune lors d’un défilé du 14 juillet.Un président de la république doit assumer l’héritage de son prédécesseur,c’est un fait,mais pas ses erreurs de jugements.Ainsi le Général de Gaulle a assumé les dégâts et erreurs de politique étrangère de la IV eme république tout en les critiquant.Cela avait échappé aux lecteurs du Figaro qui sont,j’en suis sur,des grands gaullistes tendance bozo.

A celui qui évoque d’ailleurs le nom du Général quant à nos relations apparemment privilégiée avec la Syrie,je lui recommande de relire ses classiques sur l’histoire de ce pays et en particulier sur ses relations avec la France.Je lui indique au passage qu’à l’époque du Général le parti Baas était déjà au pouvoir…sauf que M.Hafez El Assad lui a accédé par un coup d’état le   13 novembre 1970,le Général de Gaulle l’avait quitté le 27 avril 1969.Décidément, certains tordus du Figaro ou de l’UMP manquent cruellement de culture politique .

Moi,je sais une chose c’est que le président de la république ne se fera pas complice(sic) de M. Poutine et c’est tout à l’ honneur de notre pays – les relations commerciales et industrielles entre nos pays n’en pâtiront pas,la réflexion de M.Poutine  à ce sujet de M.Poutine concernait l’état des lieux des relations précédentes – car il sait que le président de la république veut rééquilibrer les relations avec son pays alors que son prédécesseur les avait mises au placard…rappelons les termes figurant dans l’article supra : » Sur ce dernier projet, rejeté par Moscou, le chef du Kremlin a déclaré que la France était l'un «des rares pays à écouter mais aussi à entendre la Russie.Un agenda pour la coopération a été mis en place.François Hollande a accepté une invitation à se rendre en Russie. ».Quel serait l’intérêt de M.Poutine d’inviter un président avec lequel il n’y aurait aucun espoir de s’entendre.

Je voudrais rappeler à ces beaux messieurs du Figaro qui préfèrent dresser louanges à un chef d’état étranger et dénigrer leur propre président – preuve absolue de leur grand amour de notre beau et grand pays et leur non moins grand respect pour la fonction présidentielle* -  que les russes avait trouvé un joli surnom pour son prédécesseur le grand Nicolas 1er ,il devrait se trouver dans leurs archives à la rubrique Georgie.

Pour conclure et encore dénoncer,il faut être en permanence à l’œuvre,les mauvais coups du Figaro,reprenons les deux termes développés dans les deux articles sur les même thème :

«Nous avons tous les deux exprimé notre conviction qu'il fallait trouver une solution politique»,ça c’est dans l’article sur la rencontre Merkel-Poutine…

« Certes, les présidents français et russe appuient tous deux la mission Annan et rejettent toute intervention militaire. Mais ces rapprochements n'ont guère transparu au fil de ces échanges rugueux. » ça c’est dans l’article sur la rencontre Hollande -Poutine.

La France et l’Allemagne défendent exactement la même position,la seule différence réside dans une éventuelle intervention armée si le Conseil de sécurité en décidait.Je précise que la solution politique évoquée par les deux pays réside dans le départ de Bachar el Assad évidemment,il paraîtrait qu’il y aurait des tractations entre fractions diverses et variées en Syrie pour œuvrer à cette solution…Ainsi quand la France et l’Allemagne sont d’accord sur le même principe,tout se passe trés bien outre rhin,en France le ton est rugueux.Mieux,le Figaro nous indique,je ne l’invente pas » Pour rester dans le jeu, Angela Merkel devra se montrer persuasive auprès de ses partenaires privilégiés à Moscou et Pékin, en les poussant à lâcher Bachar el-Assad »cela apparemment n’a pas froissé M.Poutine en Allemagne.Par contre si le président de la république française dit avec insistance qu’ «(…)il n' y aura de sortie à cette situation qu'avec le départ de Bachar el-Assad»,pour le coup ça devient rugueux.

Alors,mes chers amis du Figaro,éditorialistes,journalistes ,directeurs et certains lecteurs puisque le président de la république ne pas vous le dire à défaut de passer pour un grossier personnage comme l’était son prédécesseur,je vais vous dire ce qu’il rêve de le faire lui même:Je vous emmerde !

La mauvaise foi du Figaro éclate au grand jour.Si le président de la république n’a pas réussi à faire changer de position le dirigeant russe,que devrait-on dire de M.Juppé et du Parlement européen alors.A ceux qui prétendent que M.François Hollande renie le passé diplomatique de son prédecesseur,voila une preuve éclatante du contraire.Il y a mieux,laissons parler M.Migaud qui s’exprimait sur la site Atlantico sur la situation en Syrie et la diplomatie française.Il y a de quoi se tordre à la lecture de certains commentaires et des éléments contenus dans les articles de ce qui reste la feuille périodique de l’UMP.

syrie atlantico.jpg

La Russie est insensible aux pressions occidentales. Elle a le sentiment de s’être fait berner en Libye. Nous y avons dépassé de très loin le mandat donné par les Nations unies

La diplomatie française pourrait-elle s’inspirer de cette approche pragmatique de la Russie ?

La diplomatie française se contente de faire de la gesticulation. On a répété à plusieurs reprises que l’usage de la force en Syrie était parfaitement exclu. A partir de là, sur quoi porte le débat ? Une déclaration pour dire « Bachar, c’est pas bien ! ».

La diplomatie française a perdu toute forme de logique depuis cinq ans. Nous avons accueilli Kadhafi dans les salons de l’Elysée en grandes pompes pour finalement envoyer nos avions stoppé son convoi et permettre de le tuer quelques années plus tard. On a accueilli Bachar el-Assad lors d’un 14 juillet pour finalement nous retourner contre lui. Il y a un manque de constance évident dans la diplomatie française ces dernières années. Il ne faut rien voir de politique dans mon propos mais bien le constat d’un message envoyé de manière récurrente : la France n’est pas un partenaire fiable.

Cette diplomatie du coup d’éclat, qui réagit à l’émotion, repose uniquement sur de la communication. Elle semble parfaitement ignorante des réalités géopolitiques. Les Russes sont des gens pragmatiques avec une vision tout à fait claire des réalités politiques. Ils considèrent que, même si c’est difficilement audible, il vaut mieux un Moubarak ou un Bachar el-Assad à des régimes qui soutiendraient des mouvements fondamentalistes.

http://www.atlantico.fr/decryptage/russie-diplomatie-syri...

syrie juppé.jpg

http://www.lejdd.fr/International/Moyen-Orient/Actualite/...

Trois questions au Figaro :

*dans le crise syrienne qui a raison des deux dirigeants respectifs:celui qui soutient le maintien du bourreau Assad en privilégiant une solution négociée en interne sans espoir de réussite tant les haines dans ce pays se sont accumulées ou un dirigeant qui souhaite le départ d’un bourreau sanguinaire,comme son prédecessur,pour engager entre syriens,sous l’égide de la Ligue arabe ou de l’ONU,des négociations pour sortir le pays de la crise et le mener vers une société plus démocratique.Je rejoins,et c’est assez rare,l’analyse de la situation de BHL qui explique qu’à trop attendre ce sont les islamistes qui vont régler le problème leur façon et avec des répercussions dramatiques pour la Russie.

*Le président de la république française a t-il le droit d'afficher son desaccord avec M.Poutine et tout autre dirigeant avec lequel notre pays entretient des relations de bon aloi.Fait-il comme a une époque encore récente partir comme un Tartarin à Berlin et revenir pas Tarascon...

*Que vaut-il entre un président de la république qui maintient les positions de son pays, celles de la plupart des pays hors Chine et Russie,et un olibrius qui prétendait avoir sauvé la Géorgie alors qu’après son départ et le cirque organisé par lui et son homologue géorgien les russes ont annexé sans coup férir les deux parties de la Géorgie qu’ils ont conquises par une guerre unanimement condamnée.La gloriole sur le dos des géorgiens ou la fermeté indispensable pour tenter de sauver ce qui reste de la Syrie et son peuple d’un massacre assuré.Mon choix est tout fait.

Que les grands intellectuels du Figaro répondent à ces deux questions avant de se moquer de leur président et par conséquence des positions de la France en essayant de faire  croire qu’il serait bien peu aguerri,ce president,pour résister à Battling Poutine (sic).Or,la vérité est tout autre.Poutine est parti avec ses positions et nous conservons les nôtres,ça fait aussi la différence entre M.Hollande et son prédécesseur dont j’ai déjà oublié le nom. Mme Merkel aussi.

 

*J’avais déjà oublié que certains n’ont pas encore accordé à François Hollande son brevet en légitimité de président de la république à M.Hollande pensant à juste titre (sic) que le seul a pouvoir encore en bénéficiera c’est Nicolas Sarkozy ,le plus grand des président de la Vème république selon une invitée de M.Guéant.Ils ont raison d’ailleurs il a bien servi la France comme l’a fait remarqué M.Poutine à celui qui n’y est pour rien… «Regardez, l'Irak, la Libye, est-ce que c'est le bonheur, est-ce que ces pays sont en sécurité aujourd'hui? Nous savions tous que Kadhafi était un tyran. Mais pourquoi n'écrivez-vous pas ce qui s'est passé après sa chute, à Syrte notamment?».Fermez le ban !

 

A  lire en complément:

http://www.refletsdechine.com/le-president-sarkozy-amuse-...

http://www.marianne2.fr/sarkofrance/m/Sarkozy-se-fait-dis...

http://www.la-croix.com/Actualite/S-informer/Monde/Vladim...

Entre un président de la république « groggy » selon Le Figaro et un président- complètement bourré après un entretien avec Poutine,quel est le choix du Figaro et de ses lecteurs assidus.

sarko bourre.jpg

http://www.youtube.com/watch?v=7fMCTo-GQ2A

http://www.dailymotion.com/video/x2dehp_sarkozy-bourre-le...

http://mai68.org/spip/spip.php?article4046

medv sark.jpg

http://www.dailymotion.com/video/x7gl0j_quand-dimitri-med...

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu