target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

14/04/2012

Ils sont vraiment trop c…

Ils sont vraiment trop c…

Ils étaient bien partis dans l’opération Mélenchon mais là ils en font trop…C’est là le moindre de leur défaut.Ajouté à la maladie du perroquet,et la farce est complète.

Ainsi le Ciotti des bois et des montagnes,chopé par Mme Buffet…sur Canal +.

ciotti melenchon.jpg

Il faudrait qu’il les mette sur site les propositions de M.Mélenchon,je suis sur qu’elles vont plaire à ces administrés du canton de Vésubie et de la 1 ère circonscription des Alpes Maritimes…

En voici un petit aperçu,un condensé.

extrait melenchon.jpg

 

Au fait,s’il préfère les propositions de M.Mélenchon à celles de M.Hollande,s’il les trouve si contructives,il n’a qu’à les faire adopter par son candidat.

C’est bien parti puisque le grand courageux,l’inflexible des inflexibles,l’anti flou et anti mou vient de déclarer qu’il fallait encadrer les loyers….

Il y a encore de la marge pour tenter de se refaire au deuxième tour.Après le candidat du peuple,on aura le candidat de la révolution prolétarienne.

Après la ruine des 5 dernières années,on sera achevé bien plus vite que prévu.

Ainsi le  politologue de l’UMP que l’on présente toujours comme directeur de FONDAPOL sans jamais préciser que cette fondation est totalement affiliée et financée par l’UMP…

Il a eu le loisir d’écrire un bouquin sur les populisme en Europe et le voila devenu spécialiste.De quoi,on ne sait pas,c’est un spécialiste…un point c’est tout….

Spécialiste de l’anti Hollande,ça s’est sur.

melen c paleur.JPG

  Le Figaro magazine

Mélenchon accentue la pâleur de Hollande

Dominique Reynié analyse la percée du Front de gauche.

Le Figaro Magazine -Mélenchon est-il une menace pour Hollande ? Dominique Reynié* - Certes, le score de Mélenchon varie aujourd'hui entre 12,5 et 15 %. Mais le candidat du Front de gauche est sans concurrent du côté de l'extrême gauche, Poutou et Arthaud n'étant pas parvenus à s'imposer comme les équivalents mé­diatiques de Besancenot ou de Laguiller ; sans concurrent du côté de l'écologie, Joly n'ayant ni la visibilité de Ma­nière ni la légitimité environ­nementale de Voynet;sans concurrent du côté de gau­che souverainiste et de son chef, Chevènement, auquel il emprunte beaucoup;sans concurrent du côté du PC,qui ne présente plus de can­didat. En 2012, les suffrages de gauche se concentrent sur deux candidats.C'est une première depuis 1974. Dans ce paysage dynamité, Mélen­chon a construit avec habileté un syncrétisme idéologique cimenté par un style popu­liste, capable de parler à ces chapelles privées de chef : gauchisme, communisme, écologisme et souverainisme se mêlent dans ses discours et inspirent son programme, dans le droit fil du non de gauche au traité européen, en 2005. On l'oublie souvent, mais le score que l'on prête aujourd'hui à Mélenchon se situe dans la fourchette du score représenté par le total de ces différentes familles for­mant une gauche extérieure au PS: en 1981 (18,7%), en 1988 (11,2%), en 1995 (17,2 %), en 2002 (27,7 %) et en 2007 (10,5 %). En 1974, quand la plupart des concurrents de gauche ont décidé de soutenir la candidature du PS, Mitterrand réunissait alors 43,2 % des suffrages sur son nom, loin des 27 % que l'on prête aujourd'hui à Hol­lande.

Peut-il entraîner Hollande vers une pente fatale ? Le score de Mélenchon amènera les électeurs à considérer avec plus de soin son programme de gouvernement, car Hollande devra en tenir compte, dans le cadre d'une négociation de second tour : le smic à 1700 euros, le retour à la retraite à 60 ans à taux plein, l'extension du RM et du RSA aux 18-24 ans, la gratuité des soins, le retour des nationalisations, la création de 800 000 postes de fonctionnaires, un taux marginal de 100% au-delà de 350 000 euros de revenus, etc.

 Au fond, n'est-il pas un partenaire encombrant pour Hollande ? En choisissant de mener une campagne fondée sur le rejet de Sarkozy plus que sur un programme socialiste de gou­vernement, Hollande a tout misé sur le second tour, dont il veut faire une sorte de réfé­rendum, n a donc un problème de premier tour. Mé­lenchon rend un service considérable à Hollande, n mobilise pour lui cette gauche électorale qui risquait de res­ter à la maison le jour du scrutin. C'est la raison pour laquelle Hollande alerte ses troupes sur le problème de l'abstention. Si Mélenchon transforme des abstention­nistes potentiels en électeurs de gauche au premier tour, il augmente considérablement les chances de voir ces mêmes électeurs participer au second tour, et très largement au profit de Hollande. Evi­demment, la candidature de Mélenchon tirera vers la gau­che la campagne de second tour de Hollande et en ce sens, l'exposera à un mauvais report des électeurs modérés ; évidemment, par son style populiste et sa rhétorique en­flammée, Mélenchon accen­tue la pâleur de la candida­ture socialiste. Mais le bilan est plus que positif pour Hol­lande. Conscient de la situation économique,il n'a pas voulu présenter un pro­gramme fortement ancré à gauche car il aurait suscité un rejet majoritaire. Son idée est de compenser ce renonce­ment programmatique par une stratégie référendaire:c'est l'anti-sarkozysme. Mais, au premier tour, cela ne suffit pas. Mélenchon pourrait faire perdre Hollande s'il parvenait à représenter la moitié du to­tal gauche du premier tour. Mais il faut ajouter que, sans Mélenchon, Hollande serait battu, car la gauche n'est pas majoritaire.

» PROPOS RECUEILLIS PAR RAPHAËL STAINVILLE

Auteur de Populismes. La pente fatale (Pion). Dominique Reynié est professeur à Sciences-Pô et directeur général de la Fondation pour f innovation politique.

Cet article a été publié dans le Figaro magazine du 6 avril.M.Reynié ne disposait pas des derniers sondages,ses propos ne sont que le reflet des élements de langage pondu par l’UMP et le QG du candidat de M.Reynié.

Quelqsues remarques rapides :

*Considère-t’il que M. Schroeder est un socialiste à visage pâle et alors pourquoi la droite française s’en réclame-t-elle ?

*Si  la gauche n’est pas majoritaire,que dire d’un candidat – le sien – de la droite unie qui plafonne  à 26% au premier tour ?

*M.Reynié n’avait pas encore entendu François Hollande affirmait qu’il n’y aurait pas de négociation programmatique entre le deuxième tour entre lui et M. Mélenchon.

*A supposer que M. Mélenchon veuille faire battre François Hollande pour pouvoir profiter d’un recomposition de la gauche à son bénéfice ,il sera tenu responsable de le réélection de M. Sarkozy et son projet de refondation, il se la mettra où je pense.Jamais nous lui pardonneront l’assassinat de notre espérance.

*M.Reynié ignore l’état des relations de Mélenchon et du Parti communiste qui voit d’un très mauvais œil les projets de leur candidat commun à vouloir créer un grand mouvement à partir du Front de gauche.Ce qui était en vérité le seul objectif de cette campagne pour M.Mélenchon.Le Parti communiste a accepté cette candidature commune mais surement sa mort annoncée.

Les communistes iront au gouvernement si M.Hollande leur propose.Ou les soutiendront.

Pour conclure sur ces effets de manche propres à être diffusés dans le Figaro et nulle part ailleurs,la grande théorie de M.Reynié qui consiste à dire que l’Europe vit une montée inquiétante  du populisme d’extrême droite ne se vérifie pas  comme d’ailleurs cette fumisterie qu’est la fameuse droitisation de la société française est démentie par la montée du Front de gauche dont toute la droite se félicite.Oubliant le score de la gauche au premier tour jamais vu depuis longtemps.Non,M.Reynié,les français ne sont pas prêts à vivre une histoire à la hongroise car les français sont foncièrement attachés à la république,à notre république.Je dis bien la notre avec toutes ces spécificités,c’est pour cela qu’en l’etat des choses ils rejettent massivement le candidat de M.Reynié qui lui n’y croit pas.

Petit détail significatif de la mauvaise foi de ce monsieur,je cite : « En 1974, quand la plupart des concurrents de gauche ont décidé de soutenir la candidature du PS, Mitterrand réunissait alors 43,2 % des suffrages sur son nom, loin des 27 % que l'on prête aujourd'hui à Hol­lande. ».

Soit,qu’il nous fasse le décompte des voix de Messieurs Hollande,Melenchon,Joly,Poutou et nous pourrons comparer ces deux mesures.Soit :+/- 46.5% selon le sondage TNS,+/-45% selon le sondage CSA.

M.Reynié est nul

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu