target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

10/04/2012

En tout cas,M.Barbier lui il n’est pas antisarkosyste.

En tout cas,M.Barbier lui il n’est pas antisarkosyste.

hollande impot.JPG

L’Express aurait mieux et plus à faire à s’intéresser aux impôts et patrimoine du couple présidentiel.

Manifestement,M.Barbier n’a pas l’habitude des us et coutumes qui règlent les financements de partis de gauche.Les élus doivent reverser une partie de leur indemnité à leur parti.Ainsi en va-t-il au Parti socialiste,ainsi en va-t-il au parti communiste.Au Parti de gauche aussi,si M.Mélenchon respecte cette tradition.Que M.Hollande bénéficie des conditions fiscales en vigueur dans notre pays n’a rien d’étonnant,ce qui est étonnant pas contre c’est que l’Express semble s’offusquer.Sauf à savoir que seul l’ancien premier secrétaire du Parti socialiste pratique ainsi,ce qui serait encore plus étonnant.Etonnant oui,Le Canard enchainé cite l’exemple de M.Arthaud qui utilise la même mesure fiscale.On ne va pas soupçonner la candidate de Lutte Ouvrière de vouloir frauder le fisc,ni de profiter de toutes les petites astuces qui permettent de minimiser son impôt.

M.Hollande,oui.

Plus étonnant encore,décidément,c’est que l’Express fait allusion à un article du Canard enchainé en le tronquant ou en l’interprétant.

Ci-dessous le texte exact de ce dernier.

Les finasseries fiscales de Hollande, Le Pen,Bayrou

Le socialiste bénéficie du demi-tarif,l’antieuropéenne échappe à la CSG grâce à l'Europe et la trotskiste ne paie rien.

Les candidats à la présidentielle, des contribuables comme les autres ? Sur­prise : les factures fiscales acquittées par ces hommes et femmes unanimes à reconnaître la vertu républicaine de l'impôt sont très inférieures - parfois de moitié - à celles que paierait, à revenu égal, un Français de droit commun. Et ce en toute légalité, grâce à une sage utilisation de la loi, que les élus semblent s'être taillée sur mesure.

François Hollande parvient à réduire de près de moitié sa cotisation au fisc. En 2010, selon les chiffres qu'il a fournis au « Ca­nard »,son revenu a atteint 101 456 euros (y compris 6 000 euros gagnés par sa fille à charge).Sur cette somme il a réglé 10 113 euros, soit un taux moyen d'imposition de 10%. Pour un quidam à situation familiale équivalente,la facture se serait élevée à 20 000 euros.Economie:10 000 euros, soit 50%.
Le candidat socialiste ne fait qu'utiliser les avantages fiscaux que lui offre la loi. En tant que député, près du quart de son indemnité parlementaire (14 700 euros sur 62 300 par an) n'est pas imposable. Mais il y a mieux.Elu local en Corrèze, Hollande bénéficie du système de « retenue à la source ». Son revenu est ainsi divisé en deux parts, imposées séparément:revenu« local » d'un côté, revenu parlementaire de l'autre.Ainsi, il reste deux fois dans les tranches d'imposition les plus basses, au- tour de 20 %, échappant a la tranche supérieure à 41 %. (comme le reconnaît, son conseiller fiscal, - ce système casse fortement la progressivité de l’impôt ».Facile pourtant d'y remédier, puisque c'est, l'élu qui choisit son régime fiscal : droit commun ou retenue à la source.

Nicolas Dupont Aignan a lui aussi fait le bon choix et se débrouille pas mal non plus, avec un impôt réduit d'un quart, soit une économie de 5 000 euros. Comme François Bayrou, qui, grâce a ce mécanisme, a rétréci sa facture de près d'un quart, économisant quelque 2 000 euros.

Les candidats qui ont un mandat parlementaire européen - Eva Joly, Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon - bénéficient eux aussi de la providentielle retenue à la source au taux pas trop cruel de 22 %. Seul Jean-Luc Mélenchon fait dire au « Canard » qu'il « reverse au fisc français le différentiel fiscal, soit 3 000 euros ». Les élus européens ont un autre gros avantage, sur lequel ils restent discrets : ils sont exonérés de CSG-CRDS. Ce qui représente un gain de 11 000 euros environ par an.

Deux candidats ont refusé de répondre à nos questions : Nicolas Sarkozy et Philippe Poutou, candidat trotskiste du NPA.

Deux autres ne connaissent pas le moindre souci fiscal : Nathalie Arthaud et Jacques Cheminade, qui ne sont pas imposables. Bien qu'ancien diplomate et haut fonctionnaire des Finances, Cheminade affirme ne toucher qu'une retraite de 1 118,73 euros par mois. Il faut dire que sa carrière professionnelle a été foudroyante (douze ans de 1969 à 1981 ) et ne lui ouvre donc pas droit a une pension complète. Quant a Nathalie Arlhaud -.on salaire annuel de professeur d'économie (24361 euro) justifierait un impôt de 2142 euros.

Mais la candidate de Lutte ouvrière déduit les dons a son parti,sa cotisation syndicale et, surtout une mesure du « paquet fiscal » de Sarko ! -, les intérêts payés sur l'emprunt pour l'achat de sa résidence principale. Ré­sultat:zéro euro d'impôt.

Le canard enchaine – Hervé Martin

Une seule conclusion s’impose:M.Barbier n’est pas parisien puisqu’il n’est pas antisarkozyste.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu