target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

05/04/2012

Sarkozy:Un appartement à crédit sans crédit.

 

Sarkozy:Un appartement à crédit sans crédit.

Dans cette affaire,encore un coup de massue sur le crédit et la parole de celui qui ne dit que la vérité et qui se permet de traiter tous ses concurrents - pardon que M.Hollande - de menteurs invétères et les accuser de ne pas respecter les français.

Cette après midi lors de sa conférence de presse mémorable,le candidat monté sur ressort à éludé la question du journaliste de Mediapart en lui signifiant qu’il devait s’adresser l’assemblée nationale pour obtenir de plus amples éclaircissements sur l’obtention d’un crédit de 3 millions de francs.

Manque de bol,le président-candidat a trop parlé et est tombé dans le piège qui lui a tendu ce journaliste.Mediapart a effectivement questionné l’Assemblée  et les réponses de cette institution sont accablantes pour M.Sarkozy alors député des Hauts de Seine.

Cette affaire traine depuis 2007 et sans l’intervention des coudes de M.Courroye et son élection à la présidence de la république,M.Sarkozy aurait eu chaud aux miches.

Jugez un peu de ce qui suit :

Comment Sarkozy a-t-il financé son appartement ?

Créé le 30-03-2012 à 17h57 - Mis à jour à 19h06     

Par Le Nouvel Observateur

Selon une enquête de Mediapart, l'origine d'environ 3 millions de francs reste mystérieuse.

Quels financements ? "Mediapart" s’est interrogé jeudi 29 mars sur les conditions d'achats de l’ancien appartement de Nicolas Sarkozy. L'origine d'environ 3 millions de francs, sur les 5 qu'a coûté le logement, reste floue.

La déclaration de patrimoine du président de la République, publiée au Journal officiel le 24 mars dernier, fait état d'un patrimoine de 2,7 millions d’euros. La majorité de ce capital proviendrait de la vente de son ancien appartement : 1,933 millions d’euros, selon Mediapart, qui s'est procuré l'acte de vente.

En 1996, Nicolas Sarkozy achète un appartement de 216m² en duplex. La propriété se trouve sur l’île de la Jatte, quartier cossu et "superbe oasis" à Neuilly-sur-Seine, tout près de la Défense.

Selon les informations de Mediapart, Nicolas Sarkozy aurait, à l’époque, acheté son appartement 5 millions de francs. L’achat aurait été financé avec un dépôt de garantie de 270.000 francs et deux prêts.

L'ex-maire de Neuilly affirme avoir contracté un emprunt de 1,6 million de francs par sa banque et un autre de 3 millions de francs auprès de l’Assemblée nationale. En effet, jusqu’en 2010, les députés pouvaient demander un prêt auprès de l'Assemblée à des taux très avantageux : 2% pendant cinq ans, puis 0%.

Le prêt ne correspond pas

Mediapart relève cependant une "incohérence majeure". Car l'Assemblée nationale indique qu’un député ne pouvait emprunter plus de 196.000 euros (1,183 million de francs). Soit presque trois fois moins que les trois millions de francs évoqués par Nicolas Sarkozy.

Les journalistes ont tenté de questionner Nicolas Sarkozy jeudi. Le candidat a repoussé leur caméra sans répondre, avant que le service d’ordre ne les écarte.

Mediapart rappelle également l’enquête du "Canard Enchaîné", publiée en 2007, sur les frais de rénovation de l'appartement de l'île de la Jatte : un peu plus d’un million d’euros restés à la charge du promoteur. Une enquête que le procureur Courroye, proche du président, avait "classé rapidement", se souvient le site d'information.

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-20...

Jacques Boivin a posté le 4-04-2012 à 17:37

Et si l'on cherchait un peu mieux sur les conditions assez folkloriques des expropriations sur l'île de la Jatte, du temps de M. Perreti que notre cher Président connait bien, cela deviendrait sans doute intéressant. Les grands terrains d'une famille du gros charbonnier des bords de Seine, famille très liée à toutes les éminences du foot depuis Jules Rimet, qui voue une haine féroce contre les conditions suspectes des acquisitions de leurs terrains, puis de leurs destinations et diverses spéculations fabuleuses. Il était où le modeste logement de notre enfin modeste Président, qui affiche tant de sincérité en battant sa coulpe sur arrogant début de mandat, comme un gosse pris les doigts dans le pot de confiture et qui jure que c'est la première et dernière fois.
M. L. du Canard cherchez par là, on de bonnes surprises en perspectives.

M Ausseil a posté le 31-03-2012 à 21:36

Acheter un appart à un promoteur avec lequel sa propre mairie est en affaires, avec un énorme rabais de travaux intérieurs, et la "justice" n'y a pas vu de prise illégale d'intérêt (délit pénal...)

C’est le juge Courroye qui était charge de l’enquête .Ceci explique cela (ndlr)

Ciao Bye a posté le 31-03-2012 à 12:27

Peuple de France réveiller-vous, ils pillent le pays devant vous !
Pour la plupart des entreprises Française la Concurrence rime avec l'ouverture sur la globalisation, et leur mondialisation a pour unique but la délocalisation pour encore plus de profit au détriment de l'économie et de l'emploi en France !
La concurrence devait apporter une amélioration pour le consommateur et lui donner un peu plus de pouvoir d'achat ! On sait ce qu'il en est coté pouvoir d'achat.
Aujourd'hui ceux qui font jouer la concurrence pour se remplir les poches et ruiné le savoir-faire français crie au scandale quand un entrepreneur ne joue pas leurs jeu. J'espère que l'exemple de Free fera beaucoup d'émule en France !
Ne pas oublier qu'en matière de concurrence faussé ruineuse d'emploi et d'économie, le chef du gouvernement actuelle porte une énorme responsabilité, lui qui a favoriser ses amis du CAC40 à pillé le pays en les plaçant a la tête des entreprises les plus performante, ils ont tué l'emploi en France, 11 millions de personnes vivent dans la précarité et le plus grand dénuement, et ce méprisant personnage à l'aplomb d'en redemander pour 5 ans ?

Ciao Bye a posté le 31-03-2012 à 12:26

Peuple de France réveiller-vous, ils pillent le pays devant vous !
Pour la plupart des entreprises Française la Concurrence rime avec l'ouverture sur la globalisation, et leur mondialisation a pour unique but la délocalisation pour encore plus de profit au détriment de l'économie et de l'emploi en France !
La concurrence devait apporter une amélioration pour le consommateur et lui donner un peu plus de pouvoir d'achat ! On sait ce qu'il en est coté pouvoir d'achat.
Aujourd'hui ceux qui font jouer la concurrence pour se remplir les poches et ruiné le savoir-faire français crie au scandale quand un entrepreneur ne joue pas leurs jeu. J'espère que l'exemple de Free fera beaucoup d'émule en France !
Ne pas oublier qu'en matière de concurrence faussé ruineuse d'emploi et d'économie, le chef du gouvernement actuelle porte une énorme responsabilité, lui qui a favoriser ses amis du CAC40 à pillé le pays en les plaçant a la tête des entreprises les plus performante, ils ont tué l'emploi en France, 11 millions de personnes vivent dans la précarité et le plus grand dénuement, et ce méprisant personnage à l'aplomb d'en redemander pour 5 ans ?

Sarkozy veut-il enterrer les affaires ? L’appartement de Sarkozy

Lundi 5 Novembre 2007 à 00:32 | L’enquête sur l’affaire de l’appartement du couple Sarkozy acheté au rabais n’a pas abouti.

En voyage à Madrid le 27 février 2007, Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur, aurait piqué une colère noire, interrogé par des journalistes sur un possible délit d’intérêt sur son appartement de Neuilly-sur-Seine. De retour en France, il dément toute l’affaire. Depuis ce jour, aucun journaliste n’a osé lui reposer de questions sur le sujet.

Le matin de ce 27 février, Le Canard Enchaîné avait révélé que Nicolas Sarkozy aurait accordé à un promoteur un rabais de 775 000 euros pour l'achat de terrains en vue de la réalisation d'un programme immobilier, puis bénéficié lui-même d’une ristourne de 300 000 euros sur l’achat d’un duplex sur l’île de la Jatte, à Neuilly-sur-Seine (92), alors qu’il était maire de la ville. Or, du fait de son mandat, il ne pouvait conclure une affaire privée avec un promoteur en contrat avec la municipalité. En droit, cette pratique est qualifiée de délit de prise illégale d'intérêt, une infraction passible de cinq ans d'emprisonnement et de 75000 euros d'amende. Une plainte, fondée uniquement sur l’article du Canard Enchaîné, est alors déposée par un particulier. Philippe Courroye, tout juste nommé procureur du tribunal de Nanterre, s’en saisit. Mais ce dernier est fortement suspecté d'avoir tout mis en œuvre pour étouffer l’affaire qui salirait la réputation de Nicolas Sarkozy, alors en campagne pour la présidence de la République.

Dans un article daté du 23 octobre, nos confrères de Bakchich détaillent la façon méthodique dont cette affaire a été enterrée. Une enquête préliminaire est ouverte au printemps 2007 par le procureur Courroye, même s’il n’y est pas obligé, le plaignant n’ayant pas pour but de porter l’affaire en justice. De plus, la plainte de ce particulier est légalement irrecevable, puisque ce dernier réside dans le XXè arrondissement de Paris et non à Neuilly. À cette époque déjà, le procureur aurait pu ignorer l’affaire tout en respectant le code pénal. Il préfère transmettre le dossier à la Brigade de répression de la délinquance économique (BRDE), des policiers avec qui il travaillait au pôle financier et qui lui sont fidèles.

Selon Bakchich, Courroye fait ensuite «semblant d’enquêter». Le plaignant, la promotrice immobilière Madame Lasserre et le vendeur sont entendus. Auditions sans suite, aux conclusions arrangeantes : le plaignant est présenté comme un activiste anti-Sarko peu crédible, la promotrice immobilière reste silencieuse, ne pouvant dénoncer un délit auquel elle aurait participé, et le vendeur dit n’avoir effectué que les visites de l’appartement, sans discuter du prix avec le couple. Non content de l’économie réalisée sur l’achat de l’appartement, Nicolas Sarkozy aurait également bénéficié, de la part de la promotrice, de travaux gratuits. Les artisans employés n’ont, eux, toujours pas été interrogés. Le procureur Courroye ne s’en préoccupe pas et clôt les débats rapidement. Nicolas Sarkozy est suspecté de prise illégale d'intérêts et de corruption passive avec enrichissement personnel. L’enquête s’arrête là et depuis l’élection du Président, personne ne semble avoir eu l’idée saugrenue de rouvrir le dossier.

http://www.marianne2.fr/Sarkozy-veut-il-enterrer-les-affa...

Documents provenant de l’Assemblée nationale et Société générales collectés par Mediapart(pour les reste de l’article,comme par bonne habitude je ne divulgue pas les articles de ce site par respect pour leur fonctionnement).

socite generale sarko.jpg

an sarlko.jpg

« De plus, selon l’Assemblée nationale, « le montant maximum de l’enveloppe (pour les prêts au logement), revalorisé chaque année en fonction de l’indice national du bâtiment, s’élevait en dernier lieu à 288 147 euros en janvier 2010 ». Un calcul tout simple permet donc de comprendre qu’en octobre 1997, au moment de l’acquisition de l’appartement, un député ne pouvait pas emprunter plus de 196 000 euros, soit 1,183 million de francs. Presque trois fois moins que les quelque 3 millions de francs évoqués par Nicolas Sarkozy. L’incohérence est majeure. ».

notaire sarko.jpg

"Peu importe en l’occurrence : l’absence de mention dans l’acte de vente, tout comme le montant hors clous, interrogent sur l’existence même de ce prêt. D’ailleurs le document notarié prolonge ce flou. On y trouve une formule pour le moins inhabituelle au vu de son manque de précision : « L’acquéreur déclare avoir décidé de payer tout ou partie de son prix, soit la partie payable comptant, soit la partie payable à terme, soit l’une et l’autre, au moyen d’un ou plusieurs prêts d’argent. » S’ensuit une mention manuscrite signée de la main de Nicolas Sarkozy : « Je déclare avoir obtenu l’ensemble des prêts nécessaires au financement de mon acquisition et je reconnais que si contrairement à cette déclaration, je venais à solliciter un autre un prêt (sic) pour acquitter le solde de mon prix, je ne pourrais me prévaloir des dispositions de l’article L312-17 du code de la consommation. »

http://www.mediapart.fr/journal/france/280312/le-financem...

La petite astuce utilisée dans sa réponse au journaliste de Mediapart est classique,il sait que seul un juge peut obtenir de l’assemblée nationales les pièces concernant ce prétendu crédit.

Attendons qu’un juge s’intéresse à cela.Faisons tous ensemble qu’à partir du 6 mai,les juges puissent travailler en toute sérénité et dans le respect des droits de tout un chacun.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu