target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

26/03/2012

Sarkozy:Avec Borloo ,c’est du sérieux !

Sarkozy:Avec Borloo ,c’est du sérieux !

 sar bor main.jpg

Et un type de parole comme Borloo,y’en a pas deux !

C’était le 31 mai dans la Voix de Nord.

bolrloo voix de nord.jpg

Dans sa marche vers une candidature, Jean-Louis Borloo franchit dans « La Voix du Nord » une nouvelle étape. Il n'est pas encore officiellement candidat mais déjà en campagne pour son projet !

Depuis que vous avez quitté l'UMP et annoncé que vous réfléchissiez à une candidature en 2012, à droite comme à gauche on entend dire que vous n'irez pas jusqu'au bout. Où en êtes vous ?

Je me prépare pour gagner ! Je suis totalement en phase avec le calendrier que je m'étais fixé et personne ne m'en imposera un autre.

Y compris vos alliés centristes qui vous pressent de vous déclarer ?

C'est normal qu'il y ait des impatiences. Mais j'ai ma cohérence et mes étapes . J'ai décidé de sortir du gouvernement en novembre parce que le virage social que je souhaitais n'a pas été retenu et cela s'est confirmé depuis. J'ai indiqué ce jour là que je renonçais à tout poste gouvernemental pour réfléchir à un projet pour la France. Je me suis mis au travail pour qu'il y ait une alliance des familles du centre; j'ai soumis au congrès radical la sortie de l'UMP après en avoir moi-même démissionné, pour créer l'alliance des républicains écologistes et sociaux. Elle a été adoptée le 15 mai par le congrès radical à 93% et les militants ont de plus exprimé le souhait de ma candidature. J'ai dit chez Arlette Chabot le 7 avril que je m'y préparais sérieusement et que la réponse publique serait exprimée entre l'été et l'automne, ni plus tôt ni moins tôt que les autres.

Certains prétendants sont pourtant partis depuis longtemps !

Quand vous prétendez aux plus hautes responsabilités, par respect pour vos concitoyens, vous devez avoir un niveau de préparation très élevé. Je ne m'engage pas aujourd'hui pour faire parler de moi, comme un aboutissement de carrière ou par défaut de notoriété et de popularité. Je le fais en mon âme et conscience pour les Français. Si vous voulez gravir l'Himalaya, vous commencez par établir votre camp de base N°1 avec vos équipes et votre matériel. C'est tout ce qu'on fait depuis quatre mois. A partir d'aujourd'hui je passe au camp de base N°2, au projet pour une France juste, alternative à l'UMP et au PS. Les équipes de campagne sont au travail. Pour ma part, je vais accentuer mes déplacements dans nos régions et à l'étranger pour aller voir ce qui marche et ce qui ne marche pas et pourquoi. Et puis il y a une préparation personnelle, physique et mentale à mener. Une réflexion sur le Président que je souhaite incarner.

Les Français attendent-ils un président « normal » et proche d'eux comme le dit François Hollande ou une personnalité hors du commun ?

Je ne pense pas comme François Hollande. Les Français attendent quelqu'un extrêmement proche d'eux et les respectant profondément, mais en même temps quelqu'un d'envergure, qui a une vision, qui fixe le cap, qui prend le temps d'aller à l'essentiel. Le président, n'est pas un super premier ministre.
Pour représenter une alternative au centre, François Bayrou s'affiche comme le candidat le plus légitime, étant dans l'opposition depuis 2007 !

J'ai du mal à comprendre au nom de quoi avoir contribué, à l'évolution du Valenciennois pendant 10 ans, avoir rêvé et piloté la transformation urbaine de nos quartiers, avoir imaginé et piloté un plan de cohésion sociale qui a réduit le chômage d'un tiers en trois ans, puis assuré la transition énergétique et écologique du pays, en mobilisant à la fois des acteurs de droite et de gauche, en quoi cela ne me donnerait pas la légitimité pour présider le pays ? J'ai à la fois encore la fraîcheur, la générosité et l'énergie et une expérience politique, nationale aussi bien qu'internationale. C'est cela, la vraie légitimité.

Comment vous opposerez vous à Nicolas Sarkozy après avoir été numéro deux du gouvernement pendant quatre ans ?

On ne se présente pas contre quelqu'un, mais pour un projet ! Alors, la question est plutôt, est-ce que je suis libre, et la réponse est oui. Est-ce que je veux proposer aux Français un chemin différent, indépendant et la réponse est également oui. Que nous n'ayons pas toujours la même vision et la même approche, évidemment oui. Est ce que c'est une découverte ? Non ! Je ne suis pas né en politique par la grâce de l'UMP , que je sache. Mais de même qu'on ne m'imposera pas mon calendrier, on ne m'imposera pas une autre méthode que la mienne. Pour moi, équipe de campagne devra rimer avec éthique de campagne. D'ailleurs, la politique qui consiste à dénigrer les autres avec des petites phrases génialement ironiques ou méchantes, nous nous l'interdirons.

Qu'est ce qui pourrait vous faire renoncer à la candidature ? Le risque d'un 21 avril à l'envers ?

Il y a toujours eu sous la Vème un candidat de la droite très classique et un candidat du centre. La question est de savoir qui incarne cette famille du centre. La dernière fois, c'était François Bayrou. Si vous dîtes aux Français qu'il n'y aura cette fois ni débat ni alternative, là vous aurez un 21 avril. Quant aux éventuelles pressions qui pourraient me faire renoncer, ça n'existe pas ! Cela fait des années que je me prépare à cette éventualité et j'ai le sentiment que c'est le moment, que la présidentielle va se gagner au profit de celui ou celle qui anticipe mieux les évolutions de la société française et qui va correspondre à ses attentes.

Ne craignez vous pas le retour des « boules puantes » contre vous ?

Quand vous êtes face au destin, celui du pays et le votre, vous ne devez pas y prêter attention. Où vous pensez vraiment en votre âme et conscience que vous pouvez vraiment mieux présider et réagir très vite par des méthodes plus efficaces sur les grands sujets de société, ou vous pensez que vous n'en avez ni la vision, ni l'énergie, ni la méthode. Le reste cela fait partie de l'épreuve et si vous n'êtes pas capable de supporter cela vous ne pouvez pas prétendre à commander le navire.

Pour vous, l'UMP n'a plus vocation à exercer le « leadership » de la majorité ?

Ce sont les Français qui le diront. Moi je suis pour une nouvelle majorité que je veux incarner. Elle ira des socialistes déçus à une partie de l'UMP. Il n'y aura pas d'avenir et de progrès sans justice, sans respect et rassemblement. Dans les semaines qui viennent c'est ce projet pour une France juste que je présenterai aux Français. Je pense que cette majorité nouvelle, que ce projet pour une France juste vont gagner !

http://www.lavoixdunord.fr/France_Monde/actualite/Secteur...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu