target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

20/12/2011

Sarkozy:Monsieur le Président!

Sarkozy:Monsieur le Président!

sarkozy presse etrangere.jpg

looking_for_nicolas_sarkozy-1-323005.jpg

Arte propose le mercredi 21 décembre un portrait inédit du président de la République, "Looking for Nicolas Sarkozy"

 

Le premier quinquennat de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République sera-t-il le dernier ? En attendant de savoir ce que l’avenir réserve au chef de l’Etat français, Arte propose un documentaire dans lequel dix-huit journalistes étrangers en poste à Paris livrent leur vision des cinq années de Nicolas Sarkozy passées à l’Elysée. Un portrait sans concession.

Les premières images de Looking for Nicolas, réalisé par William Karel, donnent le ton. On y découvre le futur président la veille du premier tour de l’élection, juché sur un cheval du côté des Saintes-Maries de la Mer, devant une horde de journalistes chantant le générique de Zorro. Tel le justicier masqué, Sarkozy surgit, lui, le 6 mai 2007 en devenant président de la République. Ces images en rupture avec le passé montrent un homme d’action se voulant l’incarnation du changement. C’est ainsi que le perçoit alors la presse étrangère. Cinq ans plus tard, le temps a passé et le regard des dix-huit journalistes étrangers interrogés met en lumière les contradictions d’un homme politique hyperactif.

Comment la presse internationale juge-t-elle le parcours de Nicolas Sarkozy ? D’abord, à travers ses erreurs. Avec l’épisode du yacht de Bolloré, « il s’est égaré dès le début en mettant sa présidence sous une mauvaise note » reconnaît le Britannique John Lichfield de The Independent. Ensuite, il y a le tournant majeur du 26 juillet 2007 avec le discours de Dakar, dans lequel Nicolas Sarkozy explique que « l’homme africain n’est pas encore entré dans l’Histoire » et que « la France n’a pas besoin économiquement de l’Afrique ». Pour Marie Roger Biloa, directrice d’Africa International, le président a clairement « insulté » le continent africain en le considérant comme une « menace et non comme une opportunité ». A ceci se sont ajoutés les déboires de sa vie privée avec le départ de Cécilia. En un an, il perd beaucoup. Et notamment 40% de ses sympathisants.

Un personnage de soap-opéra faisant régner l’info spectacle

Aux maladresses du président sur le fond s’ajoutent celles de la forme. Lorsqu’il envoie des SMS pendant le discours du Pape, « il se croit en dessus de sa fonction » analyse John Lichfield. Quand il lance son célèbre « Casse-toi, pauv’ con ! » au Salon de l’agriculture, « il désacralise sa fonction » juge Stephan Mersburger de la chaîne allemande ZDF. Lorsqu’il se rengorge devant 600 journalistes du monde entier « Carla et moi, c’est du sérieux », il « perd du crédit », souligne pour sa part Charles Bremmer du Times. Aux yeux du monde, Sarkozy fait régner l’information spectacle, devient un personnage de soap-opéra version Dallas et joue les Kennedy à la Française. Le chef de l’Etat déstabilise une presse étrangère qu’il considère d’ailleurs comme son ennemie.
Si le document dépeint un président plutôt instable, il rééquilibre la balance lorsque d’une même voix, les différents témoins insistent sur la pertinence des décisions prises par le président Sarkozy sur la scène internationale (le succès de la présidence de l’Europe en 2008, ses réponses à la crise financière) en dépit de ses relations ambiguës avec Merkel dont « la prudence le rend fou » et avec un Obama « qu’il jalouse ». Alors que reste-t-il de Sarkozy ? Certains intervenants le décrivent tout simplement comme « le destructeur de la Vème République ». Autant dire que la cote du président n’est pas très élevée auprès des journalistes étrangers.
Fabien Morin (Agence de presse GHM)


Looking for Nicolas Sarkozy, mercredi 21 décembre à 20h40 sur France 2


http://www.paris-normandie.fr/article/politique/nicolas-s...


19/12/2011 à 14h11

Cette émission est programmée sur Arte et non France 2. Arte est plus indéprndante que les chaines de France Télévisions

19/12/2011 à 11h38

dans quelques mois il sera comme sur la photo, bien triste à son propre enterrement..

18/12/2011 à 23h21

On connait bien plus sa femme que lui à l'étranger,
... mais celui que je préfère, le concernant "à l'international", c'est "sarkoléon" !!

18/12/2011 à 20h34

La presse étrangère lui fait trop d'honneur; vu sa taille quelques lignes suffiraient.

18/12/2011 à 18h59

"Certains intervenants le décrivent tout simplement comme « le destructeur de la Vème République »."

si c'était vrai, le quinquennat n'aurait pas complètement été inutile

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu