target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

27/10/2011

Guéant: « Pirouette-cacahuète » fait son livre blanc

Guéant: « Pirouette-cacahuète » fait son livre blanc

police de contact.jpg

http://www.lemonde.fr/societe/article/2011/10/26/le-livre...

Le Livre blanc sur la sécurité dresse en creux un bilan contrasté de la stratégie mise en œuvre depuis dix ans dans ce domaine.AFP/PIERRE ANDRIEU

Peut-on encore innover quand, comme Nicolas Sarkozy, depuis dix ans, on occupe, directement ou indirectement, le terrain de la sécurité ? C'est la question que l'on peut se poser à la lecture du Livre blanc sur la sécurité publique pour les dix ans à venir, remis officiellement au ministre de l'intérieur, Claude Guéant, mercredi 26 octobre.

Même si le Livre, commandé fin janvier par Brice Hortefeux, alors ministre de l'intérieur, ne constitue pas un avant-programme pour 2012, les coordinateurs - le préfet de police, Michel Gaudin, et le président de l'Observatoire national de la délinquance et de la réponse pénale, Alain Bauer - sont deux piliers du dispositif en place depuis 2002.

Le texte dresse néanmoins, en creux, et malgré les limites de l'exercice - une commande ministérielle -, un bilan contrasté de la stratégie en œuvre depuis dix ans. La "réactivité [des forces de l'ordre] et les bons résultats associés depuis le début des années 2000 n'ont pas toujours suffi à améliorer la perception, par la population, d'un climat de sécurité", est-il estimé dans le premier chapitre, consacré à la sécurité quotidienne.

Pour y remédier, le document prône donc la mise en place d'une "police de contact" – évitant le terme de "proximité" (il n'apparaît qu'une poignée de fois). Saluant au passage la stratégie déployée depuis avril avec les patrouilleurs, les auteurs défendent "l'immersion dans le quotidien de la population", "fondamentale". "Le contact établi dans le cadre de la prévention doit être systématisé", et "cette fonction de 'contact-protection' doit donc être évaluée à sa juste mesure".

Dans les quartiers sensibles, "les forces de renfort de type 'lutte contre les violences urbaines' (…) apparaissent comme plus anxiogènes et apportent une perception négative du quartier où elles sont déployées". C'est donc les brigades spécialisées de terrain, attachées à un territoire sur lequel elles sont quotidiennement présentes, qui doivent être privilégiées.

"Policiers et gendarmes doivent se révéler capables d'entretenir une relation de confiance avec la population, dans toutes ses composantes", résument MM. Gaudin et Bauer dans l'avant-propos. Mais attention, il ne s'agit pas d'appliquer une "doctrine" "trop rigide ou schématique". Il faut donc "une déclinaison locale guidée par l'intelligence du terrain". De même, les auteurs mettent en garde contre "tout déséquilibre", "les différentes missions de police étant complémentaires".

Après les lourdes réformes de structure mises en œuvre depuis 2002, notamment le rapprochement police-gendarmerie et les polices d'agglomération, les nouveautés du Livre blanc sont donc plus techniques, mais pas forcément moins ambitieuses : valorisation des métiers de la sécurité publique (plus de la moitié des policiers) et plus particulièrement de l'accueil du public, dans une institution qui survalorise la police judiciaire et le terrain ; adaptation territoriale de fond aux agglomérations, mais aussi à l'émergence des communautés de communes, sur lesquelles le ressort des brigades de gendarmerie devrait se calquer; réduction d'un quart des forces mobiles (CRS et gendarmes mobiles); création d'un grand fichier de police "reposant sur l'image du visage".

Un point n'a pas fait l'unanimité : l'attribution à la gendarmerie de départements entiers, lorsque le chef-lieu est peu peuplé. Ça tombe bien, le ministre y est opposé, estimant que, si, "au plan national, la République tient à l'existence de deux forces – une civile et une militaire –, il est bon que cette déclinaison territoriale demeure".

Alors, peut-on encore innover sur la sécurité ? La réponse est… compliquée. Par sa défense d'une relation apaisée des forces de l'ordre avec la population, et d'une "police de contact", le document prend, par un subtil effet de balancier, le contre-pied du ministre de l'intérieur de 2002, Nicolas Sarkozy, fossoyeur de la police de proximité mise en place par le gouvernement de Lionel Jospin en 1997.

Mais il entérine, au fond, la volonté d'accalmie gouvernementale sur ce front, seize mois après l'échec politique du discours du président de la République sur la lutte contre l'insécurité, à Grenoble, le 30juillet 2010.

Laurent Borredon

CONTACT [kon-takt' ; quelques personnes prononcent kon-ta ; prononciation correcte, mais peu usitée] s. m.

 1°  État de deux ou plusieurs corps qui se touchent. Point de contact, point par lequel deux corps se touchent.

Terme de géométrie. Contact du premier ordre, le contact simple, consistant dans un seul élément commun. Contact du second ordre, communauté de deux éléments.

Terme de physique et de chimie. Action de contact, phénomène de contact, action, phénomène qui se passe au contact des corps.

Terme de médecine. Dans les maladies contagieuses, contact immédiat, l'attouchement d'un malade atteint d'une de ces maladies ; contact médiat, l'attouchement, non du malade lui-même, mais des objets qui l'ont touché.

 2°  Par extension, relation, rapport. Le commerce met en contact les peuples les plus éloignés. Le contact du monde.

Point de contact, sentiment, idée par lesquels des personnes se touchent, s'accordent.

PROXIMITÉ [pro-ksi-mi-té] s. f.

 1°  Voisinage d'une chose à l'égard d'une autre. Avoir une chose à sa proximité, à proximité. ♦ Quand Jupiter et Saturne sont dans leur plus grande proximité, qui est de 150 millions de lieues, FONTEN., Newton. ♦ Ma maison est fort agréablement située, à la proximité des spectacles, des promenades et de la Bourse, PICARD, Provinc. à Paris, I, 7 ♦ De 1806 à 1826, la plus grande proximité de Jupiter à la comète n'a été...., DAMOISEAU, Instit. Mém. scienc. t. VIII, p. 217

Contact et proximité,quelle différence.5 ans pour en revenir a la police de proximité,quel beau résultat.Encore un me direz-vous.Encore un oui,mais un de plus.C’est cela qui est grave.

Graves aussi sont les mensonges que l’on nous a assénés pendant ces 5 ans.En effet,si M.Bauer,grand adepte des positions de M.Sarkozy en matière de sécurité – son inspirateur peut être – préconise dans son livre blanc –tombé à pic mais sans effets à cause de la crise de l’euro,c’est que le même nous a menti dans ses critiques de la police de proximité.

Reste que par les réductions drastiques des effectifs dans la police nationale,à cause des multiples atermoiements sur le mode de déploiement de notre police,on a privé non seulement cette future police de contact d’effectifs mais aussi découragé les policiers qui y été affectés – on se souvient du cinéma de M.Sarkozy à Toulouse – tout en décourageant ceux qui sont affectés,eux,par ce « tourneboule » qu’est devenu la stratégie de lutte contre le délinquance de voie publique de notre gouvernement et des clowns qui se sont succédés au ministère de l’Intérieur.

Un livre blanc au bout de 5 ans était-il bien utile si ce n’est que pour attester de l’échec de la politique menée depuis 5 ans.

L’échéance présidentielle arrive à grand pas,les socilaisdtes ne sont plus ceux qu’ils ont été dans les  années passées,les maires socialistes sont plus affutés que les pitres du type Estrosi,il était temps pour notre gouvernement – l’Observatoire de M.Bauer n’en est qu’un appendice – de dresser l’inventaire de ces échecs et nous raconter un nouveau conte de fée sur ce qu’il faut faire aprés.Aprés nous avoir dit ce qui n’a pas été fait pendant 5 ans, les erreurs commises par les saltimbanques et leurs serviles serviteurs oubliées,nous devrions logiquement – selon eux – les remettre en selle pour les  cinq prochaines années.Une autre période d’essai en somme…

Ca va, Messieurs Mesdames,on a assez donné. Votre période d’essai s’achève,vous serez remerciés.

Ce qui m’étonne de la  part de ces gens là ,c’est qu’il sont pourvus d’un culot sans bornes et d’une maestria certaine à prendre les gens –les français - pour des ânes…

Le coup de pied de l’âne,ils le recevront en 2012…En mai d’abord,le reste aux législatives.

Cela leur donnera le temps,5 ans c’est long,pour peaufiner leur politique de lutte contre la délinquance et à nous à un peu de répit à ne plus les entendre nous débiter leurs balivernes.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu