target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

18/07/2010

Bettencourt:M.Guéant le ventriloque de Sarkozy!

bettencourt figaro.jpg
"Claude Thibout a affirmé aux enquêteurs que les propos qu'elle a tenus dans une interview accordée a un site Internet ont été deformés:"C'est de la romance".Le Figaro

Voila, ce que je disais dans mon billet « Bettencourt :la comptable a enfin craqué.....C'est Sarko qui va être content ! »

« L'occasion était trop belle.On part du postulat selon la comptable a menti,tout le reste devient « tout faux ».On sera très étonné de la prompte réaction de M.Guéant à la bonne nouvelle.La connaissait-il avant la rétractation de l'intéressée.On peut se le demander légitimement. »

M'étais-je trop avancé dans mon affirmation selon laquelle Guéant était à la manœuvre. Quelques amis policiers - M.Estrosi* nous fait bien marrer quand il prétend que nous attentons à l'honneur de nos policiers quand nous mettons en doute quelques enquêtes bien appuyées, des questions fort habillement posées et bien déstabilisante pour une pauvre femme qui ne sait a quel sait se vouer* -

C'est ce qui divulgue Libération (12/07/10)est intéressant à maints égards.

L'Elysée a-t-il violé le secret de l'enquête Woerth-Bettencourt ? C'est désormais la question délicate posée par la fuite, jeudi matin, d'extraits du procès-verbal d'audition de l'ex-comptable de Liliane Bettencourt, dans le Monde, puis le Figaro.fr. La veille, Claire Thibout s'était rétractée sur des éléments de l'interview accordée au site Mediapart. Mais les extraits de procès-verbaux divulgués mentionnent son revirement au sujet des versements à Sarkozy, et pas le maintien de son témoignage sur un financement de 150 000 euros destiné à Eric Woerth. Cette intox a été gérée au plus haut niveau, le point culminant étant la validation des fuites par le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant. Samedi, la députée (PS) Aurélie Filippetti a demandé l'ouverture d'une enquête sur ces «violations du secret».

«Le PV qu'on nous donne, il est vrai, mais il est tronqué. C'est une stratégie élyséenne très précise de communication», a admis Gérard Davet, journaliste au Monde, dans l'émission Arrêt sur images samedi, sans confirmer toutefois qu'il tenait le document des services du président de la République. Le Monde a été le premier à sortir la «marche arrière» de la comptable (il en donnera une version plus complète dans l'après-midi) : «Le matin, on a aucun mal à obtenir des extraits du procès-verbal. Mais les extraits qu'on nous donne sont soigneusement sélectionnés», explique Davet.

A midi, le Figaro.fr publie le fac-similé d'une demi-page d'extraits, sous le titre «Claire Thibout dénonce la romance de Mediapart». L'article n'est curieusement pas signé. «Ce n'est ni Cyrille Louis, ni Mathieu Delahousse [les deux journalistes chargés de l'affaire, ndlr], confie un membre de la rédaction. Ça a été fait dans le dos du service société. D'au-dessus.» Au Figaro, le nom de Guéant est avancé comme la source probable des fuites. D'autres rédactions, jointes par Libération, signalent l'intervention «en direct» du plus proche collaborateur du Président durant la matinée de jeudi.

Le secrétaire général de l'Elysée intervient lui-même par des dépêches de l'AFP, à 13 h 41, 13 h 43 et 14 h 04. «Claude Guéant estime que la vérité est rétablie», annonce l'agence. Il souligne les «éléments très intéressants» contenus dans le PV de Claire Thibout : «Cela détruit complètement deux accusations selon lesquelles Nicolas Sarkozy et Eric Woerth auraient reçu des enveloppes.» En réalité, ce n'est pas le cas pour Woerth. Guéant confirme ainsi la teneur de ces procès-verbaux, aussitôt après leur fuite. Et le suivi au plus haut des procédures de Nanterre. Hier, l'Elysée a contesté avoir eu «le moindre PV» en sa possession : «Nous n'avions que les extraits diffusés sur le net. »

Le problème n'est pas de savoir si l'Elysée ne disposait que des extraits diffusés par le net mais qui les a fournis aux divers sites diffuseurs.Mediapart quantàa lui a diffusé les extraits de la déclarations de la comptable le 8 juillet.La Une du Figaro la photo est une réplique exacte du rapport - le 9 juillet.

Ce qui est important est de savoir comment M.Guéant a appris que Mme Thibout s'était « rétractée »(sic).

Je suis abonné à Mediapart,c'est dire qu' à 20 heures j'ai pu lire et relire le PV d'auditons de la ex comptable de Mme Bettencourt.Rien, dans ce document n'atteste d'une quelconque rétractation de l'intéressée .Par contre tout atteste que tout a été fait  pour qu'elle fasse.Avec un peu d'expérience - et moi j'ai en ai une petite - ,quand on connaît un peu les méthodes policières qui permettent de faire dire ce que l'on veut entendre ,on est dans ce PV devant le nec plus ultra de l'interrogatoire totalement dirigé et préparé par des spécialistes du dossier.Or la comptable avait déjà répondu 4 ou 5 interrogatoires auparavant,Nul n'ont été si poussé sur la personne de Nicolas sarkozy.Nul interrogatoire n'a été aussi dirigé pour que Mme  Thibout  finisse par « dire » pas avouer «  que Nicolas n'avait pas reçu d'enveloppe .Sauf que personne n'a relevé dans la presse de complaisance qu'elle ajoutait « devant elle ».

En fait,ce dernier l'interrogatoire n'a pas été menée sur un témoin mais une garde de vue.

Jamais l'ex-comptable n'a prétend qu'elle avait vu Nicolas Sarkozy venir prendre une enveloppe de 150 000€ chez Mme Bettencourt.....Si elle ne l'a pas dit avant,ce n'est pas une vérité quand elle le répète aux enquêteurs au 5 ou 6 interrogatoire.

M. Guéant a donc découvert la poudre quand il a prétendu que les nouvelles déclarations de Mme    avait rétabli la vérité.Ce n'est que l'interprétation bien libre de l'interrogatoire qui peut faire accroire que la vérité a jailli.mais quelle vérité.Celle de M.Guéant.La vérité de « Monsieur Tout va bien M.le président ».Celle qui l'a diffusé en priorité à Valeurs actuelles et au Figaro.Il  faut voir la machette du Figaro du 9 juillet pour y croire ! (voir en haut de billet)

Je vous, livre ci-dessous quelques extraits de ce PV.Par respect pour Mediapart et ses abonnés, je ne peux décemment le passer en intégralité.Peut-être d'autres l'ont fait....

Question: Vous avez fait un certain nombre de déclarations à Mediapart qui ont été publiées  le 6 juillet au matin. Les avez-vous lues? Les déclarations qui vous sont prêtées par Mediapart correspondent-elles à vos échanges avec votre interlocuteur prénommé Fabrice?
(...)Je lui avais parlé de carnets de caisse, de l'accréditif auprès de la BNP, que j'allais chercher de l'argent régulièrement pour M. et Mme Bettencourt et ce pourquoi cela servait: régler les dépenses de maison du couple Bettencourt. J'ai également parlé des enveloppes que je remettais au couple Bettencourt, enveloppes qui contenaient d'importantes sommes d'espèces. Que cela variait entre 50.000 et 100.000 euros.

Question: Quelles sont les modifications apportées dans l'article de Mediapart par rapport aux échanges téléphoniques avec le prénommé Fabrice?
L'article de Mediapart me fait dire que j'aurais déclaré quelque chose concernant la campagne électorale de M. Edouard Balladur. C'est totalement faux, c'est de la romance de Mediapart. De même que je n'ai jamais dit que des enveloppes étaient remises régulièrement à M. Sarkozy

Question: Vous avez déclaré à Mediapart: «C'était un vrai défilé d'hommes politiques dans la maison, ils venaient surtout au moment des élections. Chacun venait toucher son enveloppe. Certaines atteignaient même parfois 100.000 voire 200.000 euros.» Or, lors de votre audition du 5 juillet 2010, après avoir évoqué une demande de 150.000 euros par Patrice de Maistre pour le compte de M. Woerth, vous avez seulement déclaré que vous n'excluiez pas des remises d'espèces à d'autres politiques. De quels éléments probants disposez-vous pour avoir été aussi affirmative avec Mediapart ?

Je n'ai jamais parlé des montants de 100.000 ou 200.000 euros. Je lui ai seulement dit qu'il y avait des enveloppes d'espèces qui étaient remises par M. Bettencourt ou de temps en temps par Mme Bettencourt à des politiques. Je n'ai pas cité de noms mais le journaliste de Mediapart m'a demandé si M. Sarkozy venait à la maison (avant qu'il soit président) et s'il avait touché des enveloppes. Je lui ai répondu que c'était possible.

Nota :Mme Thiboud répond à cette question - sans doute après d'une ½ heure d'interrogatoire-qu'elle na jamais parlé de montants de 100 000 ou 200 000euros....Sauf qu'à la deuxième question sur les déclarations que lui prêtes (on aura la subtilité policière) Mediapart,elle répondait ,je cite:» Que cela variait entre 50.000 et 100.000 euros. »

Question: Quelles sont les modifications (comment le fonctionnaire de police connait-il d'éventuelles modifications effectuées par Mediapart ou a-t-il sciemment posé une fermée qui ne peut recevoir une réponse corroborant le fait qu'il y a eu modifications. La question aurait la suivante :Mediapart a -t-il modifié les termes de votre entretien ,la réponse fut bien différente) apportées dans l'article de Mediapart par rapport aux échanges téléphoniques avec le prénommé Fabrice?
L'article de Mediapart me fait dire que j'aurais déclaré quelque chose concernant la campagne électorale de M. Edouard Balladur. C'est totalement faux, c'est de la romance de Mediapart. De même que je n'ai jamais dit que des enveloppes étaient remises régulièrement à M. Sarkozy

Question: Vous avez déclaré à Mediapart: «C'était un vrai défilé d'hommes politiques dans la maison, ils venaient surtout au moment des élections. Chacun venait toucher son enveloppe. Certaines atteignaient même parfois 100.000 voire 200.000 euros.» Or, lors de votre audition du 5 juillet 2010, après avoir évoqué une demande de 150.000 euros par Patrice de Maistre pour le compte de M. Woerth, vous avez seulement déclaré que vous n'excluiez pas des remises d'espèces à d'autres politiques. De quels éléments probants disposez-vous pour avoir été aussi affirmative avec Mediapart ?

(...)Je n'ai jamais parlé des montants de 100.000 ou 200.000 euros.(voir la deuxième question)Je lui ai seulement dit qu'il y avait des enveloppes d'espèces qui étaient remises par M. Bettencourt ou de temps en temps par Mme Bettencourt à des politiques. Je n'ai pas cité de noms mais le journaliste de Mediapart m'a demandé si M. Sarkozy venait à la maison (avant qu'il soit président) et s'il avait touché des enveloppes. Je lui ai répondu que c'était possible.

Vont suivre des questions tendant a mettre la comptable en porte à faux.La différence entre ses déclarations entre ses premiers entretiens avec la police et celui qu'elle a accorde à Mediapart semble faire souci. Apparemment,le but est de faire dire a Mme   qu'elle n'a jamais vu Nicolas Sarkozy recevoir quelque enveloppe de la part Mme Bettencourt

Question: Mediapart écrit: «S'agissant du financement politique, on en vient au point sensible. Celui concernant Eric Woerth. Le seul que Claire T. ait évoqué devant les policiers, car le seul sur lequel elle a été interrogée». Lors de votre audition le 6 juillet à votre domicile, il vous a été posé la question suivante: «Savez-vous si des espèces ont été remises à de personnalités politiques». Vous n'avez évoqué que la remise de 150.000 euros à M. Woerth et à la question de savoir si M. Woerth avait reçu d'autres sommes, vous avez répondu: «Je l'ignore, c'est le seul fait de cette nature porté à ma connaissance». Pourquoi avoir déclaré à Mediapart que nous ne vous avions pas interrogé que sur cette remise?    

Je ne comprends pas la question. S'agissant de M. Woerth, vos collègues m'ont demandé si je savais qui avait touché de l'argent ou pas. Je leur ai alors dit que M. de Maistre m'a demandé avant les élections présidentielles d'aller lui chercher 150.000€ à la banque. Je n'avais pas la possibilité de traiter une telle somme car il fallait une autorisation spéciale. Quand je lui ai demandé pourquoi c'était faire, pourquoi une telle somme, il m'a répondu qu'il devait organiser un dîner avec M. Woerth pour la lui remettre. Il voulait que cela se passe par l'intermédiaire de Mme Bettencourt. Je lui alors dit que cela n'était pas possible d'aller chercher un tel montant, surtout pour l'usage qu'il voulait en faire. Il s'est énervé et il m'a dit qu'il allait voir avec la BNP.

Moi, entre-temps, j'ai rappelé Mme Eva A(...)qui était la gestionnaire du compte de Mme Bettencourt place Vendôme pour lui dire qu'il était hors de question que je vienne récupérer une telle somme et qu'elle dise à M. de Maistre que ce n'était pas possible. Elle m'a alors répondu que j'avais raison et que si une telle chose se passait, il faudrait qu'(elle) le déclare à TRACFIN. Elle m'a dit qu'elle allait en parler directement à M. de Maistre. Elle a bien dû lui en parler car M. de Maistre ne m'a jamais reparlé d'aller retirer ces 150.000€.
M. de Maistre m'a par contre demandé quel montant je détenais et j'ai mis dans une enveloppe la somme de 50.000€ pour Mme Bettencourt. Il m'a dit qu'il se débrouillerait du reste. Un peu plus tard, il a fait un commentaire du style «dès fois, ça sert d'avoir des comptes en Suisse».
Par cette remarque, j'ai compris que M. de Maistre allait récupérer le reste de la somme de cette manière; c'était lui qui gérait les comptes de Mme Bettencourt à l'étranger.
Concernant plus précisément la question que vous me posez, concernant le «financement des politiques», je n'ai jamais dit à Mediapart que vous ne m'aviez interrogée que sur le versement à M. Woerth.

La version de l'ex-comptable me semble bien plus crédible que la réponse qu'a faite a la police la conseillère de la BNP.Voir les conditions de retrait de 150 000 et plus en annexe.On sait aujourd'hui que cette conseillère n'est autre que la belle sœur de M.de Maistre.Décidement,toute la famille devait croquer.Ça c'est une évidence qui pour l'instant n'est pas apparue aux policiers .

On apprend au surplus que M.de Maistre avait bénéficié d'un don de 5 millions d'euros de ala part de Mme Bettencourt.Ce M.de maitre est en fait un homme en affaire plutôt qu'un homme d'affaire.
Question: Vous avez précédemment déclaré au sujet du journaliste de Mediapart: «Je n'ai jamais dit que des enveloppes étaient remises régulièrement à M. Sarkozy» et: «Ces messieurs venaient pour avoir de l'argent.» Pouvez-vous préciser vos propos?
Bon, il y avait des politiques qui venaient, c'était connu qu'ils venaient chercher de l'argent pour leur campagne électorale. Au moment de ces campagnes, il y avait plus de monde qui venait tirer la sonnette de M. et Mme Bettencourt. Peut-être que M. Sarkozy faisait partie de ces gens, mais je ne pourrais l'affirmer car je n'étais pas là lors de la distribution des enveloppes.

Question: Vous avez indiqué à Mediapart, concernant la remise de 50.000€ à Mme Bettencourt suite à la demande formulée par M. de Maistre: «J'ai rempli le cahier de caisse avec, en regard de la somme, la mention «Bettencourt» que j'ai écrite moi-même. Je faisais toujours comme ça lorsqu'il s'agissait de l'argent destiné aux politiques car il ne fallait pas de trace écrite.» Or lors de votre audition le 5 juillet 2010 à votre domicile, à la question de savoir ce que vous avez inscrit sur le cahier de caisse pour cette remise de 50.000€, vous avez répondu avoir noté le nom de Mme Bettencourt, puisque c'était à elle que vous aviez remis les espèces parce que vous n'enregistriez sur le cahier que le nom de la personne à qui vous remettiez les espèces et non le nom du destinataire final. Pourquoi cette différence dans les déclarations?

J'inscrivais «Mme Bettencourt» car c'est à elle que je remettais la somme. Alors effectivement on peut penser que je cachais l'identité de la personne finale qui recevait l'argent car parfois je la connaissais.

Question: Lors de vos déclarations à Mediapart vous déclarez: «M. Sarkozy recevait aussi son enveloppe, ça se passait dans l'un des petits salons situés au rez-de-chaussée, près de la salle à manger. Ça se passait généralement après le repas, tout le monde le savait dans la maison. Comme M. et Mme souffraient tous les deux de surdité, ils parlaient fort et de l'autre côté de la porte, on entendait souvent des choses que l'on aurait pas dû entendre. Encore une fois, tout le monde dans la maison savait que Sarkozy aussi allait voir les Bettencourt pour récupérer de l'argent. C'était un habitué. Le jour où il venait, lui comme les autres d'ailleurs, on me demandait juste avant le repas d'apporter une enveloppe kraft demi-format avec laquelle il repartait. Je ne suis pas stupide quand même, inutile de me faire un dessin pour comprendre ce qu'il se passait...» Pourquoi n'avez-vous pas évoqué ce fait lors de votre audition du 05 juillet 2010 à votre domicile?

Je n'ai pas dit ça comme ça à Mediapart. J'ai déjà dit précédemment que des politiques venaient, dont M. Sarkozy, et qu'il y avait des enveloppes qui circulaient dans la maison et j'ai évoqué que M. Sarkozy pouvait faire partie des personnes qui recevaient ces enveloppes. Je n'ai jamais été plus précise que cela avec le journaliste de Mediapart.

Question: Nous constatons que la semaine dernière, votre avocat, Me Gillot, interrogé sur le fait de savoir si des hommes politiques ou des partis politiques aient pu recevoir de l'argent liquide, a répondu «ça fait partie des possibilités». Le Parisien a fait une page sur votre convocation en nos services le lundi 05 juillet 2010. Lors de votre première audition, ce jour-là, à la question de savoir à qui vous remettiez les espèces que vous retiriez du compte sur lequel vous disposiez d'un accréditif, vous n'avez aucunement mentionné des hommes ou des partis politiques. Lors de votre audition, vous avez évoqué le seul cas de Eric Woerth. Le soir-même, vous étiez en contact avec Mediapart à qui vous communiquez des informations que vous n'avez pas évoquées avec les enquêteurs. Pouvez-vous expliquer votre démarche?

Je n'ai pas évoqué d'autres politiques que M. Woerth car c'était la première et la seule fois que l'on m'a demandé directement (M. de Maistre) d'aller retirer de l'argent et qu'il m'a dit le nom de la personne pour laquelle cet argent était destiné. Pour ce qui est des autres politiques même si je me doute qu'ils venaient pour récupérer des enveloppes, on ne me l'a jamais dit directement, ce ne sont que mes déductions.

Question: Quels étaient les autres hommes politiques qui selon vos déclarations à Mediapart ont été concernés par des remises d'espèces ?

Vous ne pouvez pas me demander ça. M. et Mme Bettencourt étaient des personnes généreuses et il y a eu beaucoup de personnes politiques qui ont reçu de l'argent. Je ne serais pas exhaustive et ne veux pas faire de délation. Pour ce qui est de M. Woerth, s'il n'y avait pas eu les histoires de carnets, je n'en aurais jamais parlé à personne.

On sait que M. Kiejman a déposé plainte contre Mme Thiboud pour vol de document alors que certains de ces documents était en sa  possession et que l'intéressée avait pris le soin de se faire signer des reçus lors de leur restitution.

Nota:Voila le résultat ....Au demeurant, cette personne n'est pas quitté Mme Bettencourt en mauvais termes.Remerciement de la patronne : 500 000€.Vous avez lu !Question: Quels politiques venaient au domicile de M. et Mme Bettencourt?

Elle gênait de Maistre et Banier.

 Il y en avait beaucoup. Parmi les plus proches, il y avait M. Pierre Messmer, Mme Pompidou, M. Léotard, M. Longuet, M. et Mme Chirac, M. Balladur, M. Kouchner, Mme Mitterrand (M. Mitterrand était un ami de longue date de M. Bettencourt), M. Donnedieu de Vabres. Il y avait comme, je l'ai déjà dit, M. Sarkozy et plus récemment M. Woerth. Généralement, ces personnes avec leurs épouses venaient sur invitation pour un repas.

On s'arrêtera là.Le reste n'est pas très important.

Il est clair que l'ex-comptableàa confirme que M.Sarkozy fréquentait la maison de Mme Bettencourt - plus de 3 ou 4 fois comme le pretend le président lors de son intervention télévisée du 12 .Que venait-il y faire....Sarkozy était il un intime des Bettencourt. On peut en douter.C'est pas le genre de bonhomme qu'appréciait Monsieur Bettencourt .On verra d'ailleurs qu'il n'appréciait pas tenant que ça la présence assidu de M.Banier auprès de sa femme.Un courrier du Dandy à Madame en atteste,Monsieur ne voulait plus voir M.Banier sur l'ile d'Arros.(voir article dans Marianne ).

Pour l'heure,force est de constater que les fonctionnaires qui ont travaillé sur cette audition ont été volontairement ou non les archers du Roy,les auxillaires des basse œuvres de la Sarkozie et les instrument de la stratégie de l'Elysée.Ce n 'est pas attenter l'honneur de la police que de l'affirmer. C'est le contraire. La police est une police républicaine ,elle respecte les règles sauf certains peut-être qui ne raisonnent qu'en en terme d'allégeance et d'avancement.

Et les policiers qui se respectent en savent quelque chose...Voila ce  qui traîne dans la presse hebdomadaire à propos de l'honneur de certains policiers. Bizarrement,ce sont des grands amis de M.Estrosi, grand défenseur devant l'éternel de la police nationale sauf quand il prétend qu'est elle inefficace comme il l'a fait dernièrement.*

Les paroles s'envolent, les écrits demeurent.CCF15072010_00000.jpg

Nous verrons qui de nous ou de ces baladins respectent vraiment la police et son rôle dans notre république

Pour finir,je vous propose de revenir sur l'analyse des carnets de Mme Thiboud fraîchement publié par Marianne.Cette publication revêt un avantage certain -au contraire des bribes diverses dont nous disposions- elles s'étalentsur plusieurs mois consécutifs .On peut dés lors comparer tous les chiffres non pas dans le détail des versements ou recettes mais de  tous les cumuls (en haut et bas des pages ).

Cela permet de distinguer plus facilement ce qui a été dépensé pour les débours courants du couple Bettencourt et ce qui a été versé à d' éventuel étrangers vagabondant, de ci de la, a l'insu de leur plein gré dans les couloirs de la maison de Neuilly.

C'est ce qu'aurait du faire M.Guéant avant de trop s'avancer dans ses déclarations  tout aussi péremptoires qu'hasardeuses .

Deux points doivent être rappelés :

Le premier :on a mis en doute la parole de l' ex-comptable de Madame à propos de la date d'un éventuel versement de 50 000€.Force est de constater que la date du versement est bien portée au carnet comme prétendu.

Le second :après avoir vu l'objection sur la date battre de l'aile,on a essayé de faire dévier la difficulté sur le fait que cette somme correspondait aux besoins de Madame.Avec l'argument suivant :ce sont les sommes habituelles affectées aux besoins de madame. Et Maître Kiejman y allant de ses sempiternels moqueries sur la simplicité de cette Mme Thiboud et s'en est aller à prétendre que M.Bettencourt "consommait" 100 000€ d'argent de poche....

Et la,ami lecteur ,une grossière erreur en termes de comptabilité a été commises par nos petits malins, ceux qui se prenait pour plus malin que cette « pauvre et petite comptable».

Le moindre pékin ,la plus simplette des comptables,le plus simplet des sous-préfets et pourquoi pas préfets sait que l'on ne peut porter des dépenses règles en espèces à un état comptable sans que la provision nécessaire à sa couverture soit portée en recette.Pour être plus clair,on ne peut pas payer une prestation quelle qu'elle soit en espèces sans avoir encaisser ces fameuse espèces avant le décaissement.

Or les carnets tenus par Mme Thiboud sont tares clairs à cet égard et il suffit de les examiner avec attention.Ce que n'ont pas fait certains futés apparemment .Ceux qui ont cru a l'aubaine de voir Mme Thiboud se mélanger les stylos....

Or les questions simples doivent être posées :

Comment ont été réglées les dépenses du mois de mars.

Pas par une versement passé en recette le 26  mars 2007 mais par le versement de 50 000€ de fin de février .

Ce qui indique que le versement en recette de 50 000€  ne vient pas régler les frais courants de Madame du mois Mais pas foréement une obole politique !Quoi alors......

  
*voir à ce sujet quelques exploits de M.le Marquis à l'égard des policiers nationaux qu'il chérit tant.

« On n'est pas content,on est pas content !On est même un peu en colère.Face aux efforts que nous faisons,nous qui sommes en charge de la prévention(sic),nous sommes en droit d'attendre,de la part de ceux qui ont la responsabilité de la répression,d'être plus présents,plus mobilisés,et d'avoir des résultats plus importants, même s'ils sont en amélioration ,que ceux d'aujourd'hui. Que l'Etat renforce sa présence !Les policiers de terrain sont de qualité ,mais c'est la hiérarchie locale qui n'organise pas suffisamment leur présence le dimanche,et la nuit. »et de continuer « Les gens me disent que les policiers ne sortent pas de commissariat,ce commissariat que nous avons financé,alors que justement,les policiers,l'UTEQ,mais aussi le GIR,apparaissent comme une menace pour ceux qui considèrent qu'il ne faut pas les embêter sur leur territoire.... ».

Le ton monte entre la police niçoise et Christian Estrosi

Une vive polémique oppose le député et maire (UMP) de Nice, Christian Estrosi, aux syndicats de police Alliance et UNSA. Ils ont vivement réagi, après les déclarations tonitruantes du maire, lundi 8 juin, à Nice Matin après le braquage d'un bureau de poste et l'incendie volontaire d'une conduite de gaz, intervenus pendant le week-end dans deux quartiers sensibles de la ville, celui de l'Ariane et celui des Moulins.

Source : LeMonde.fr, 11/06/2009 - Paul Barelli
http://www.lemonde.fr/societe/article/2 ... id=1205177

http://www.snop.info/frmphp/viewtopic.php?f=2&t=514&a...

http://larmeemexicaine.20minutes-blogs.fr/archive/2009/10...

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu