target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

07/02/2010

UMP :Quand M.Paillé ne connaissait pas M. Lefèbvre !

petit-refrain-gros-mensonge-dominique-paille-L-1.jpg

Savez -vous que M. Dominique Paillé - demie portion de l'actuel porte-parolat de l'UMP - siégeait -fut un temps - à l'assemblée nationale. Parlementaire de première force apparemment comme en témoigne cet article qui traine sur son site de député, forcement.

On reste étonné des réelles qualités de notre homme au point de  se demander s'il n'était pas un crypto-socialiste (GDF/Suez)..........Avant que le petit lui coller sur l'échine l'agité du bocal !le plus fin de nos penseurs politique :l'ineffable M. Lefèbvre.

C'est dire que l'homme n'est pas méchant ,plus con que méchant dirons-nous !

On notera,malgré tout,un gout avéré pour l'emphase et son éternelle disposition à se prendre pour ce qu'il n'est pas.L'entendre prétendre....... «  je ne suis pas le toutou à sa mémère. J'ai des convictions et je les assume. Je ne suis pas de ceux qui se mettent en file dans le peloton et qui espèrent une prime à l'arrivée. Oui, je suis un empêcheur de tourner en rond »  »     nous parait bien dérisoire a l'aune de ses prestations actuelles. Il, est vrai que perdre son siège de député malgré s la victoire présidentielle calmerait les ardeurs du plus  téméraire

On notera, à sa décharge ,qu'en 2006 il préférait déjà DSK à  Ségolène en tant que candidat contre son maitre,ne disait-il de l'homme de Washington «. Il ne cache pas lui préférer, comme rival de Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn : « DSK a une stature, Ségolène a une posture. »

Respectons sa position en espérant pour lui que sa préférence adverse en 2006 ne deviennent pas la   préférence victorieuse des français en 2012.

L'objet du délit....

Dominique Paillé, le franc-tireur de l'UMP

Le député de la 4ème circonscription, Dominique Paillé, s'est démarqué par son vote contre la fusion Suez-GDF. En session ordinaire, il avancera ses arguments, notamment sur le financement de la Sécurité sociale.

Bressuire. Le parlementaire de Bressuire-Thouars a fait entendre sa voix discordante sur la fusion Suez-GDF : « les pressions étaient fortes. Thierry Breton a même fait mon siège pour me dire que je me trompais. Mais je suis content d'avoir été suivi. J'avais toujours dit qu'il y aurait entre 50 et 60 parlementaires de l'UMP qui me suivraient. Il y en a eu 40, ce n'est pas mal. Je persiste à dire que, quoi qu'on fasse, le gaz va augmenter car il faudra bien verser des dividendes aux actionnaires. Et puis, nous ne serons pas à l'abri d'une OPA hostile. L'avenir risque de me donner raison ». Dans les semaines qui viennent, le Parlement va se pencher sur le projet de loi de financement de la sécurité sociale : « il y a un point sur lequel je ne serai pas d'accord. On prévoit une augmentation des dépenses de 3,5% pour les hôpitaux mais de 0,8% seulement pour la médecine libérale et les médicaments. C'est nettement insuffisant. +1,2% serait le reflet de la réalité ».

Dominique Paillé va aussi enfourcher un autre cheval de bataille : « je vais me battre pour que les recettes de 11M€ sur les ventes de tabac aillent à la sécurité sociale. Actuellement, il n'y a que 20% qui vont à la sécu. Or, le tabac est nocif et il faut que l'Etat en consacre le produit à réparer les effets nocifs. Il faudrait un transfert total sur trois ans ».

Plus globalement, le parlementaire deux-sévrien voudrait une réforme du financement de la sécurité sociale « qui ne soit pas seulement basée sur les salaires ». Dans le budget, le député entend veiller à ce que « les moyens de la décentralisation soient effectifs ». Enfin, Dominique Paillé voudrait une loi sur la protection de l'enfance « un peu plus cohérente  tant il est vrai qu'actuellement, il y a des chevauchements de compétences ».

Dominique Paillé n'arrête pas de vouloir montrer sa différence : « je ne suis pas le toutou à sa mémère. J'ai des convictions et je les assume. Je ne suis pas de ceux qui se mettent en file dans le peloton et qui espèrent une prime à l'arrivée. Oui, je suis un empêcheur de tourner en rond. Mais si ma position desservait Nicolas Sarkozy, il y a un moment que je ne serais plus là où je me trouve ».

Carle député bressuiro-thouarsais fait partie du groupe des douze qui construisent le projet législatif du président de l'UMP. Il organise aussi des débats et rencontres pour préparer le terrain du futur candidat. Et il donne son avis sur le comportement de Nicolas Sarkozy : « je n'ai pas arrêté de lui conseiller de quitter le gouvernement. Plus il dure, plus il s'expose et plus il lui est difficile d'incarner le changement profond ». En tout cas, il se méfie de Ségolène Royal, « cette femme redoutable, copie parfaite de Fran9ois Mitterrand, les convictions en moins ». Il ne cache pas lui préférer, comme rival de Sarkozy, Dominique Strauss-Kahn : « DSK a une stature, Ségolène a une posture ». Concurrente sérieuse ? « je ne pense pas qu'elle s'écroulera dans les sondages et je crois que ce ne sera pas facile. Elle saura avancer masquée jusqu'au bout ».

JJ Fouquet - Courrier Ouest 10/10/06 http://dominiquepaille.canalblog.com/

"Les derniers exploits  électoraux de notre  - l'homme de paille de Lefebvre...Aux élections législatives de juin 2007, député sortant de la 4e circonscription des Deux-Sèvres et se représentant pour un quatrième mandat, il est battu au second tour par Jean Grellier (PS), qui obtient 51,41% des voix.

Suite à la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, il est nommé conseiller auprès du Président de la République. Il est promu secrétaire général adjoint de l'UMP en 2007[3], après la victoire de Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle, et demeure membre du conseil national du Parti radical pour les questions de santé[4]. En 2008 il quitte le poste de secrétaire général adjoint et est nommé porte-parole de l'UMP.

Aux élections sénatoriales de septembre 2008, Dominique Paillé est battu alors qu'il convoite un des sièges représentant les Français de l'étranger. Il ne recueille que 16 votes (10,60 % des voix) se plaçant derrière Claudine Lepage (PS), Robert Del Picchia (UMP), André Ferrand (UMP) et Christophe Frassa, Français de Monaco, qui s'était présenté en dissident de l'UMP[5].

fr.wikipedia.org/wiki/Dominique_Paillé

"Petite moquerie de la Nouvelle République pour notre benêt local qui  n'en pas manquait pas une pour se faire remarquer...déjà !

« La visite d'un ministre est toujours une aimable occasion  de s'échanger des civilités, mais soyons honnêtes, quand un ministre parle dans la France profonde, on attend toujours de savoir quel est le montant des aides qu'il va promettre. Sur ce plan, Christian Estrosi « grand ami de Dominique Paillé » (il ne cesse de la proclamer à chaque discours et ils furent nombreux hier) a été plutôt généreux : 750 000 € pour la promotion des énergies renouvelables et 250 000 € pour l'action plus globale sur le département en faveur d'un développement touristique lié à la pierre (géologie et carrières). » Nouvelle République  22 décembre 2006

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu