target="_top"> compteur de visite

Avertir le modérateur

31/01/2010

Estrosi:cumulard ou multicartes

On le connait ministre de l'industrie,de la Poste,des ouvriers,du pétrole,des voitures...

estrosi assemblee nationale clio4.jpg

On le connaît Maire de Nice

3491a35f75473b42c4568ab87519305e.jpg
On le connaît Co-président du Conseil général
Président le Communauté d'agglomération
estrosi president agglo.jpg
Le voila Président de Comité de Quartier
estrosi passage a niveau.jpg

UMP :Rififi à l’est…

guibal.jpg

L'opération « main propres » sur l'est du département des Alpes Maritimes se confirme.Ainsi le député de 4 ème circonscription JC.Guibal ,circonscription  dans laquelle sont situées les communes ayant occupé ,récemment, le devant de la scène,s'en mêle.Et il tape fort le Député -Maire de Menton.

CCF31012010_00000.jpg

Il s'en prend avec force à ceux qui «  confondent l'exercice des mandats et celui des affaires ».Diantre, « des mafieux » !Sauf que les mafieux,les vrais,ils ont été libérés à la fin de leur garde à vue...Ainsi,ce ne pas à eux qui s'adresse l'harangue de notre député devenu le chevalier  blanc venant de l'est.Reste un élu UMP en prison et un sénateur UMP qui va y aller.Ce ne sont pas des mafieux puisqu'ils sont élus de l'UMP !Et qui seraient  ces mafieux qui aurait pu être élus - dans les Alpes Maritimes- sans le blanc seing de M.Estrosi.....Pas dans la bande,pas élu .C'est comme ça !

Qui alors ?

Estrosi a nettoyé - avec l'assentiment de M.Sarkozy - le solde de certains risques de difficultés en termes de corruption...Pas encore tout a fait !Pourquoi donc M.Guibal s'inquiète-t-il ?

Qui sont ces mafieux que redoute ce maire qui tient tant à protéger ses ouailles de ce danger imminent .Qui est tant redouté pour que les autorités préfectorales et départementales ne daignent assister à ses vœu x....Quel est l' homme d'affaires, bien dotés dit-on,qui se permet de venir battre un maire bien installé au premier tour....Qui vient de s'offrir un hebdomadaire au titre très connu et à la diffusion un peu clairsemée pour l'instant...Qui vient de mettre en ligne un site internet s'information au nom du même hebdomadaire ?Qui veut devenir député  de la 4eme circonscription ?De qui a peur M.Guibal ?

De lui !

cherki nicois.jpg

 Et comme M.Guibal est très malin et qu'il a certainement lu l'articulet ci- dessous,il mobilise tous ces petits amis qui ont aussi peur que lui.....Peur oui,car l'homme-  le Cherki en question - n'a peur de rien et surtout pas de ceux qu'il aura en face de lui le jour venu !

cherki canard.jpg

Qu'on se le dise !

Pour confirmation des affirmations de ce billet....et qui prouve que chez les mexicains ça va barder,le voila une gentillesse - la premiere de beaucoup à venir - publiée à  l'occasion de la présentation des voeux de m.Guibal.

Le député maire Jean-Claude Guibal n'aime pas la concurrence !

jeudi 28 janvier 2010

Tags : Menton | N° 664 |

Pour ces vœux 2010, on se serait cru à un meeting politique. Tout y était : musique des grands jours, éclairages, poursuite, arrivée spectaculaire par l'allée centrale du palais de l'Europe, où l'on avait très astucieusement placé tous les militants de la première heure.

Pour tous ceux qui voulaient toucher ou sentir le souffle de leur vedette, Jean-Claude Guibal était là, dans toute sa splendeur. Il avançait au rythme d'une musique à la « Century Fox ».

Il était conquérant, souriant. Il agitait les mains en l'air en signe de victoire, escorté par sa moitié, le sénateur Colette Giudicelli. Suivi de près par celui pour qui ils ont toujours été si « respectueux » et si « fidèles » : Éric Ciotti, député et président du Conseil général.

Dans la salle : au moins 1 000 personnes, des élus venus de toute la quatrième circonscription, et la population, qui deviendront pendant deux heures les témoins du long discours, sous forme de complainte, de Jean-Claude Guibal.

Et si on s'attendait à des vœux festifs et heureux, ce ne fut pas le cas. Le député-maire a fait part très rapidement à la foule de toutes les angoisses d'un être meurtri et triste.

L'homme paraissait préoccupé malgré un bilan tout à fait honorable en terme de projets en cours de réalisation ou à venir. Il passa en revue tous les malheurs de la France avant d'aborder des sujets plus régionaux, en faisant référence aux affaires qui secouent certaines communes du département.

Un air de campagne électorale

Très vite, il évoqua une fois de plus la « bassesse » de la campagne « sordide » des municipales de 2008. Il confiera même que certains élus du département l'avaient menacé de lui faire perdre tous ses mandats. Et de reprendre de plus belle : « Avez-vous vu l'hebdomadaire national Marianne, je ne veux plus que notre département soit montré du doigt. En couverture Menton, sans doute parce que notre ville est belle. Ceux à qui la population a confié leur défense, doivent exercer leur travail dans l'intérêt de la population. Et malgré les menaces de mafieux, avec Colette, nous avons fait ce que nous avons dû faire ».

Après le chapitre des « affaires », Jean-Claude Guibal a prévenu les Mentonnais qu'on allait « acheter leurs votes ». Et qu'il fallait qu'ils fassent très attention pour qu'on ne laisse pas tomber leur ville dans « certaines mains ». Cette mise en garde, très imprécise, n'a pas permi en l'état de connaître les noms de ces acheteurs de « votes Mentonnais ». Très certainement les mêmes que ceux qui font adhérer tout le monde et n'importe qui à leur parti, un peu avant chaque échéance électorale, pour obtenir une légitimité théorique.

En tous les cas, la population a vraiment eu l'impression que ces vœux marquaient le début d'une très longue campagne pour les prochaines municipales, avec pour objectif principal de jeter immédiatement le discrédit sur tous ceux qui oseraient prétendre servir la ville de Menton.

Les Mentonnais présents ont donc découvert en avant-première, et en présence des personnalités, dont le préfet, Francis Lamy, garant de la loi et de la cohésion sociale, une nouvelle conception de la démocratie : la méritocratie auto proclamée. À suivre...

Kevin Adonios Picard

 

Ump :les temps changent !

Il fut un temps où le moindre des dérapages outranciers de Jean Marie Le Pen suscitait la mobilisation de tous les anti-fascistes et anti-racistes que compte notre pays.Aujourd'hui,c'est Frêche qui trinque.

Le monde change et la gauche tombe dans le panneau ...et Mme Aubry compte les voix qu'elle pourra récolter aux prochaines primaires.

Et l'UMP dans ce nouveau décor....Elle se tait car il ne faut pas fâcher les bons électeurs de Neunoeil et pour l'autre defoule,Couderc se voit calife........en Languedoc Roussillon !

Lâcheté, intérêt sont devenus les deux mamelles d la conscience politique et plus personne ne le relève.

En tout en état de cause ,force est de constater que la dernière saillie  de Nounoeil touche à l'intime d'une famille - celle du jeune prince  Jean et son choix religieux.....Il se trouve que le prénom du fils de Jean est Solal -crime de lèse majesté il vient d'être circoncis le jeune Solal - et cela ne convient pas à M.Le Pen.....C'est pas antisémitisme ,ça...M. Lefebvre ne réagit pas - régionales obligent- au contraire de sa régionale énergique face aux propos ignoble,selon lui, de M.Frêche

Balivernes et fadaises.M.Lefebvre est nul !

A voir  l'immédiateté de la réaction de certains a une déclaration commises il y a plus d'un mois*- celle de Frêche - et l'absence de tout quant à celle M.Le Pen commise  la semaine dernière,on ne peut que se poser cette question :dans quel monde vit-on?

Pour conclure ce billet,vous trouverez ci-dessous le texte de la réaction publiée dans le bloc note de BHL,une reaction de M. Attali et celle de M.Hamon dont la platitude imbécile démontre bien que le niveau de pensée de certains socialistes ne résiste pas a la comparaison et que M.Frêche n'avait pas tort de prétendre qu'il y a aussi des cons au Parti socialiste !

Il a été - le Hamon- un des seuls à réagir,nous le pardonnerons.

 

*C'est dire qu'elle était déjà passé à la postérité aux poubelles des privautés de M.Frêche et totalement inaperçue....

Extrait du dernier bloc-note de BHL :

 A quoi sert un bloc-notes ? A ne pas laisser passer des petites phrases qui sont parfois de grandes infamies. Ainsi l'indécrottable Jean-Marie Le Pen en meeting, dimanche, à Marseille, puis invité par un intervieweur de complaisance à commenter les thèmes de sa campagne et évoquant, au passage, la naissance du petit-fils du président de la République et le fait que ses parents aient choisi de l'appeler Solal. Ce délicat personnage regrette que les Français aient pris la déplorable habitude d'appeler leurs enfants « n'importe comment ». Il fait observer que si « Abdelkader » s'appelait tout simplement « Albert » il aurait « moins de soucis ». Et il enchaîne, donc, sur le cas du petit Solal Sarkozy dont il suppute (interview disponible sur Dailymotion) qu'il aura été ainsi prénommé pour « faire cadrer » son futur destin avec « les origines juives de Mme Sebaoun » et dont il observe (meeting proprement dit) que ce choix « ne relève pas d'une franche assimilation à la société française ». Cette phrase, elle, relève, il faut le dire, de la plus franche vulgarité. Cette phrase, sa phrase, ajoutée à une autre où cet ignare se permet de juger le personnage homonyme d'Albert Cohen, héros de « Belle du Seigneur », comme « un Rastignac peu sympathique » et où il fait ainsi la preuve que seul un usage immodéré de l'imparfait du subjonctif a pu faire croire aux naïfs qu'il avait, comme on disait jadis, « des lettres », cette phrase, donc, relève de la niaiserie la plus crasse, de la bêtise la plus épaisse, ainsi que d'une surdité définitive à ce qui fait la grandeur de la culture française. Et puis cette phrase, enfin, cette petite phrase où l'on se permet de remettre en question l'appartenance à la nation de deux personnes qui avaient déjà eu droit, il y a un an, de la part d'un certain Siné, à des injures du même tonneau, relève surtout des tribunaux - mais il est vrai que cet antisémite à bout de souffle n'attend peut-être que cela... On se contentera donc, ici, d'un hommage appuyé au grand écrivain suisse, honneur de la France et de sa langue, qui a inventé, en effet, Solal.

Le blog d'attali

Une histoire de prénom

le 26 janvier 2010 8h34

A propos du choix par  Jean Sarkozy de Solal comme  prénom de son  fils,   Jean Marie Le Pen   a cru bon de faire remarquer que "ce qui ne relève  pas d'une franche assimilation de sa famille  à la société française".La réaction de  M.Hamon:

On pourrait se contenter de hausser les épaules et de passer son chemin devant une des ultimes manifestations d'un racisme de plus en plus dérisoire, au milieu d'un débat mal venu sur l'identité nationale.

Mais sans doute faut-il  prendre plus au sérieux cette remarque. D'abord parce que ce monsieur s'est trouvé il y a dix ans au second tour d'une élection présidentielle. Ensuite  parce que le choix des  prénoms dit énormément sur  l'évolution d'une nation.

A priori, la remarque elle-même, sur ce prénom particulier, est particulièrement absurde. Solal est  en effet  le prénom du héros d'une des plus grandes sagas de la littérature francophone ,  personnage récurrent , qu'on retrouve  dans  les  quatre  magnifiques livres  de la tétralogie d'Albert Cohen: son premier roman, Solal, paru en 1930 ; puis Mangeclous en 1938, puis  Belle  du Seigneur  publié trente ans après, et enfin les Valeureux en 1969. Solal : amoureux, cynique et  opportuniste,  diplomate de génie, venu de Céphalonie  avec ses inénarrables cousins, mêlé à toutes les grandes affaires de la Société des Nations, dont il est un des haut fonctionnaires les plus lucides ; se niant lui-même pour s'assimiler, puis s'affirmant en niant les autres, et enfin allant au bout de sa négation du monde.  Qui n'a jamais  rêvé d'être  un jour Solal ?

De plus, si  Solal est un prénom d'origine hébreu  signifiant  « celui qui ouvre le chemin, le guide », c'est aussi, ironie  particulière, le cas du prénom de Monsieur Le Pen : Jean-Marie   renvoie  en effet à deux prénoms d'origine hébraïque : Jean  est la forme latinisée de « Yosh annan » (Dieu Pardonne) et Marie    celle  de  «  Myriam »,   prénom  de la  sœur de Moise et de la femme de Joseph.

Plus généralement,  les  prénoms  renvoient partout  à des origines infiniment diverses et révélatrices de la dynamique d'une nation. En France, on en trouve d'origines  celtes, germaniques, italienne, saxonnes,  hébraïques,  arabes ; et très peu sont d'origine  gauloise.  De fait, les prénoms avancent avec les  vagues de peuplement, qui sont  aussi autant de modes. Ainsi avons-nous eu récemment d'innombrables Philippe, puis d'aussi nombreux Charles. Avant d'inaugurer le temps des Loanna et des Nolwenn.  Et celui des Abdel et des Minh.

Les prénoms ne se normalisent pas. Ils sont comme des êtres vivants. Ils naissent, voyagent, s'installent, se rencontrent, s'apprivoisent, se croisent, évoluent, puis repartent ou font souche et se diversifient.  Quand une nation décline, se rétrécit et se recroqueville, elle assimile ;  et le nombre de prénoms qu'elle emploie est de plus en plus réduit, signe de son uniformisation.  Au contraire, quand une nation est vivante, dynamique, ouverte, en croissance, elle intègre ;  et elle  utilise  alors  de plus en plus de prénoms différents, dont elle se nourrit pour augmenter sa diversité.

 L'assimilation appauvrit. L'intégration enrichit.  On peut remercier Jean Marie Le Pen de l'avoir rappelé .

j@attali.com

 

Benoît Hamon a jugé "sordide et déplacé" le commentaire de Jean-Marie Le Pen sur le prénom du petit-fils de Nicolas Sarkozy. Le président du FN avait déclaré à ses militants : "savez-vous que le prénom du petit-fils de Sarkozy est Solal, ce qui ne relève pas d'une franche assimilation de sa famille à la société française".

"Le Front national fait de la surenchère parce que le pouvoir a décidé, sur les questions d'immigration et de sécurité, de mettre en œuvre des pans entiers du programme du Front national", a estimé M. Hamon, jugeant "inquiétante, cette radicalisation de la vie politique sur la droite de l'échiquier".(Fallait le dire et si ce n'avait pas ete M.Hamon qui l'eut fait,Montebourg s'en serait chargé...note de l'auteur c'est à dire moi!)

Les pièces du dossier:

freche.jpg

   http://www.wat.tv/video/fabius-pas-catholique-ce-que-25ew...

les propos de M.Le Pen :

"Savez-vous que le prénom du petit-fils de Sarkozy est Solal, ce qui ne relève pas d'une franche assimilation de sa famille à la société française et que Mohammed est le prénom le plus donné aux nouveau-nés à Marseille?".

Confirmé sur LCI:

le pen solal.jpg

    http://www.wat.tv/video/quand-pen-critique-choix-solal-25...

La dernière de Frêche

Frêche dénonce "une machine de guerre" lancée par Martine Aubry

Le président du conseil régional de Languedoc-Roussillon, Georges Frêche, a dénoncé dimanche la "machine de guerre" déployée, selon lui, par la première secrétaire du PS Martine Aubry contre les élus et militants PS de cette région.

"Cette polémique (liée à ses propos sur Laurent Fabius, ndlr) est en fait une véritable machine de guerre lancée contre les élus, dirigeants et militants socialistes du Languedoc-Roussillon coupables de n'avoir pas fait allégeance à Martine Aubry au moment où celle-ci se lance dans la course à l'investiture socialiste pour les prochaines présidentielles", a-t-il estimé dans un communiqué.

Critiquant "une opération de nettoyage" réalisée "au nom de la +morale+", M. Frêche a appelé Mme Aubry "à plus d'humilité dans ce domaine, au vu des conditions plus que troubles dans lesquelles elle a pris le PS, comme l'atteste un récent livre".

"Elle poursuit aujourd'hui dans la même veine en tentant de bafouer le vote des militants de notre région qui, à deux reprises en octobre et décembre derniers, ont clairement et massivement soutenu ma candidature", a-t-il ajouté, jugeant que "les manoeuvres d'intimidation, le chantage, le mensonge n'y changeront rien".

"La sainte croisade menée par Martine Aubry depuis jeudi dernier à mon endroit est chaque jour battue en brèche par les nombreuses déclarations et soutiens que je reçois, la dernière en date venant du président national du Crif lui-même", a ajouté M. Frêche.

Dans une interview au Parisien Dimanche, le président du Crif (Conseil représentatif des institutions juives de France), Richard Prasquier, déclare que "Frêche n'est pas un antisémite", ajoutant toutefois qu'il craint que ses propos sur M. Fabius "ne réveille des stéréotypes antisémites".

Dernière mise à jour le: Dimanche 31 Janvier 2010, 14:03

 

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu